•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un appui de taille pour les ambulanciers de La Tuque

Des ambulanciers manifestent dans une rue enneigée.

Les ambulanciers ont occupé le bureau de la députée Marie-Louise Tardif à La Tuque pour dénoncer la décision de Québec de garder en place les horaires de faction. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Catherine Bouchard

Les ambulanciers de La Tuque ont reçu mardi un appui de taille. Les hauts dirigeants du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) ont affirmé être en faveur de la transformation des horaires de faction en horaires à l'heure, dans une assemblée publique à La Tuque.

Gilles Hudon, le président-directeur général adjoint du CIUSSS MCQ et Carol Fillion, le président-directeur général, ont écouté, mardi soir, les doléances du Syndicat des ambulanciers paramédicaux du Cœur-du-Québec.

C'est qu'actuellement, les ambulanciers sont de garde à la maison. Ils revendiquent depuis près de dix ans d'avoir une transformation de leurs horaires en horaires à l'heure.

Le changement d'un des trois horaires de faction en horaires à l'heure coûterait 350 000 $ par année. Ces sommes supplémentaires sont réclamées au ministère de la Santé.

Interrogé par Radio-Canada, la responsable des communications du CIUSSS MCQ, Julie Michaud, confirme l'appui des ses dirigeants aux ambulanciers. L'organisme de santé indique avoir envoyé une lettre en octobre au ministère de la Santé pour réitérer sa demande. Le CIUSSS MCQ affirme ignorer les critères pour lesquels le dossier de La Tuque n'a pas été retenu, alors que d'autres régions moins populeuses ont vu leur dossier approuvé par le ministère.

Le Syndicat des ambulanciers paramédicaux du Cœur-du-Québec espère une rencontre avec le ministre responsable de la région, Jean Boulet, avant Noël.

M. Jean Boulet a été interpellé concernant notre situation, mais pour l'instant, on a aucune date de rencontre. On n'est pas capable de nous dire si ¸ça va être avant les Fêtes ou après les Fêtes. Alors, c'est sûr et certain, qu'on est tannés d'attendre, indique le président du syndicat, Michel Beaumier.

Pression

Le maire de La Tuque a aussi souligné son appui lors de cette même rencontre.

Je ne peux pas partager ces services-là avec d'autres. On est à 150 kilomètres d'un bord et l'autre. On ne veut pas dépendre des autres régions, on veut dépendre de nous. On veut un service de qualité et on mérite un service de qualité, parce qu'on le paie au même titre que tous les citoyens du Québec, martèle le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Les ambulanciers entendent continuer à mettre de la pression sur les acteurs politique. Ils arborent d'ailleurs depuis le 7 novembre les pantalons de camouflage. Ils avaient d'ailleurs occupé cette journée le bureau de circonscription de la députée de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé