•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entreprises ontariennes recherchent travailleurs qualifiés francophones en Europe

Une femme prépare une salade dans une cuisine industrielle.

Julie Charbonneau, propriétaire du commerce Chez L'Boulanger à Rockland, est à la recherche d'un boulanger depuis quelques années.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Denis Babin

Des entreprises de l’Est de l’Ontario à la recherche de main-d’œuvre qualifiée francophone ont tout récemment fait appel au Centre de services à l’emploi de Prescott-Russell (CSEPR) pour trouver la perle rare… en Europe.

Julie Charbonneau, propriétaire du commerce Chez L’Boulanger à Rockland depuis bientôt neuf ans, fait partie de ce groupe. Elle cherche désespérément à embaucher un boulanger depuis quelques années.

[Présentement], il y a un [boulanger] qui nous dépanne, mentionne Mme Charbonneau. On l’apprécie vraiment beaucoup. Nous sommes chanceux de l’avoir. Mais ce n’est vraiment pas à long terme.

Annonces diffusées dans les journaux et sur les médias sociaux, tentatives de recrutement d’étudiants fraîchement diplômés, rien n’y fait. L’affichage du poste sur le babillard du CSEPR n’a pas non plus donné de résultat.

Zéro! Zéro! Il n’y a pas personne qualifiée qui vient nous rencontrer […] Là, je suis allée au CSEPR et j’ai dit : "Ça suffit. Il faut trouver un boulanger", se raconte-t-elle.

Comme le hasard fait parfois bien les choses, alors que Julie Charbonneau lançait son appel à l’aide, leCSEPR se préparait à participer à Destination Canada, une foire de l’emploi qui a lieu à Paris et à Bruxelles sur une base annuelle.

L’événement, une initiative du gouvernement canadien, permet de mettre en contact des employeurs avec des candidats qualifiés francophones qui ont préalablement été triés sur le volet.

Cette année, une centaine de personnes représentant neuf provinces et deux territoires y ont pris part. [Quoi de] mieux qu'un boulanger de la France?, s’exclame la femme d’affaires.

Trois femmes et un homme assis à une table pendant une foire d'emplois.

Accompagnés de la mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly (droite), les membres de l'équipe du Centre de services à l'emploi de Prescott et Russell ont recueilli environ 400 curriculum vitae lors d'une foire qui s'est déroulée à Paris et à Bruxelles en novembre.

Photo : Courtoisie CSEPR

Des centaines de candidats en entrevue

Les travailleurs invités à participer à Destination Canada sont habituellement déjà bien avancés dans leur démarche d’immigration, ce qui peut accélérer le processus d'embauche.

Les représentants du CSEPR, eux, sont loin d’avoir chômé. Environ 400 curriculum vitae ont été recueillis au profit d'une quinzaine d'entreprises de la région, dont celle de Julie Charbonneau.

Si on voyait [qu’un candidat pratiquait] un métier qui était vraiment en demande dans notre région […] bien là on étirait un peu plus [l'entrevue], on allait plus en profondeur, raconte l’agente de communication de la CSEPR, Carole Muise, qui faisait partie de la délégation.

La question est maintenant de savoir combien de travailleurs auront été convaincus de tenter leur chance de ce côté-ci de l’Atlantique.

Le coordonnateur du projet immigration au CSEPR, Appollos Gustanar, a bon espoir de voir de 20 à 30 candidats venir s’établir et travailler dans la région au cours de l'année.

J’ai déjà entrepris des démarches afin d’obtenir du logement pour ces gens-là […] Il y en a qui vont arriver en janvier. Il y en a qui vont arriver en mars, indique-t-il.

Le travail ne fait toutefois que commencer, souligne la mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly, qui était aussi du périple.

Maintenant, ce qui va être important, c’est de faire les suivis avec le CSEPR. J’ai déjà des gens qui ont directement communiqué avec moi, confie la mairesse.

De son côté, la commerçante Julie Charbonneau n’en peut plus d’attendre.

Notre prochaine démarche, c’est vraiment de se rencontrer et de parler avec eux. […] Il y en a qui sont prêts à venir ici. […] C’est vraiment un gros plus pour ma business. J’ai vraiment hâte, conclut-elle avant de retourner dans sa cuisine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Emploi