•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève du transport en commun à Drummondville

Gens avec des drapeaux de la CSN dehors.

Les chauffeurs d'autobus de Multi-Transports Drummond inc. ont manifesté jeudi, alors qu'ils tiennent une journée de grève pour mettre de la pression sur leur employeur.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Il n'y a pas de service d'autobus ce matin à Drummondville. Les chauffeurs, qui desservent l'ensemble du territoire, tiennent une journée de grève.

Sans convention collective depuis le mois d’août 2016, ces travailleurs, qui sont payés en moyenne 17,82 $ l’heure, souhaitent que leur taux horaire passe à 20 $. 

À la mi-novembre, les 25 membres du Syndicat des travailleurs de Multi-Transports Drummond, affilié à la CSN, ont voté à l’unanimité en faveur de moyens de pression, qui incluent six journées de grève à utiliser au moment jugé opportun. Ils ont décidé d'en tenir une ce jeudi.

La journée d’aujourd’hui, c’est pour mettre de la pression pour que l’employeur revienne à la table de négociation, a déclaré le président du syndicat des travailleuses et travailleurs de Multi-Transports Drummond, Gilbert Bondu, qui affirme que les négociations sont rompues. Le salaire est le seul point qui achoppe dans les négociations, selon le syndicat.

Un autobus avec de la neige.

Les chauffeurs du réseau de transport en commun de Drummondville tiennent une journée de grève ce jeudi.

Photo : Radio-Canada

Une mauvaise surprise pour les usagers

Plusieurs résidents qui utilisent le transport en commun à Drummondville ont su tardivement qu'ils ne pourraient pas compter sur le réseau d'autobus pour se rendre à destination.

Le syndicat n'a pas indiqué sur Internet qu'il tenait une journée de grève et ce n'est que vers 7 h que la Ville a pu en informer les citoyens.

La stratégie, c’est qu’on n’avertit jamais d’avance les moyens de pression, explique le président du syndicat qui ne souhaitait pas que l'entreprise donne le contrat en sous-traitance pour la journée.

Il affirme toutefois avoir contacté une radio locale privée à 5 h 30.

Je peux comprendre que [les usagers] ne sont pas très contents. Notre objectif n'est pas de les prendre en otage, mais de faire valoir nos droits.

Gilbert Bondu, président du Syndicat des travailleurs de Multi-Transports Drummond inc.

Gilbert Bondu souligne que les usagers étaient au courant qu’on allait faire une journée de grève, mais ils ne savaient pas quand.

Quant à la Ville, elle souhaite que les parties puissent s'entendre rapidement.

Sinon, ça va devenir une difficulté que nous allons devoir gérer pendant plusieurs jours et ce n'est pas ce qui est souhaité. On va suivre ça de près avec l'employeur parce que celui-ci à des engagements envers la Ville de Drummondville par contrat, a précisé le directeur général adjoint à la vie citoyenne à la Ville, Steven Watkins.

Avec des informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Transport en commun