•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression sur des mineurs : un Montréalais fait face à une trentaine d'accusations

Une vue en contre-plongée du bâtiment de la SQ avec le logo de l'organisation. On voit en premier plan, la clôture qui ceinture l'édifice.

Le quartier général de la Sûreté du Québec, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Samuel Beaugé-Malenfant, un Montréalais qui a été entraîneur de hockey, fait maintenant face à une trentaine de chefs d'accusation relativement à une série de délits à caractère sexuel, notamment sur des mineurs.

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec (SQ) a procédé à l'arrestation de l'homme de 26 ans, mercredi à Boucherville.

Il a comparu le même jour au palais de justice de Montréal pour faire face à des accusations de voyeurisme, de production de pornographie juvénile ainsi que de contacts sexuels sur des enfants âgés de moins de 16 ans.

Les infractions auraient été commises à Blainville, Rigaud, Chute-Saint-Philippe, Roxboro et Montréal.

Selon la SQ, les accusations portées mercredi s'additionnent à d'autres accusations à caractère sexuel qui avaient été portées contre lui l'an dernier.

Le corps policier n'a pas confirmé si les infractions avaient été commises lorsqu'il agissait à titre d'entraîneur au Hockey.

La SQ n'était pas en mesure non plus d'indiquer le nombre de présumées victimes.

Un récidiviste

L'an dernier, la Régie de police de Memphrémagog avait arrêté Samuel Beaugé-Malenfant pour voyeurisme et possession de pornographie juvénile.

Selon les policiers, l'homme de 26 ans avait invité une famille de deux adultes et trois enfants dans un chalet d'Orford.

Les invités de Samuel Beaugé-Malenfant avaient découvert qu'une caméra-espionne était dissimulée dans la salle de bain à l'étage du chalet.

Au moment de l'arrestation, la Régie de police de Memphrémagog avait expliqué que la caméra était positionnée de manière à prendre des images alors que les gens se trouvaient dans une position vulnérable.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Agression