•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GNL se dit prête à signer des contrats avec des clients internationaux

Stéphan Tremblay et Stéphanie Fortin à une table

Le directeur régional de GNL Québec, Stéphan Tremblay, et la directrice des affaires publiques, Stéphanie Fortin, étaient de passage au Cercle de presse.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Radio-Canada

GNL Québec, qui souhaite construire une usine de liquéfaction de gaz naturel à La Baie, affirme qu’elle est sur le point de signer des contrats avec des entreprises de distribution en Europe et en Asie.

Devant le cercle de presse mercredi, la directrice des affaires publiques, Stéphanie Fortin, a indiqué que l’entreprise est en pourparlers avec des compagnies de l’Allemagne, de la Pologne, de la Chine et de l’Espagne.

Le directeur régional de GNL, Stéphan Tremblay, comprend qu’il est paradoxal pour certains Québécois d’encourager la construction d’une usine de gaz naturel.

Intuitivement, comme "Hydro-Québécois", c’est vrai que c’est contre-intuitif de faire le raisonnement qu’on va ajouter une infrastructure liée à du gaz naturel et ça va réduire les gaz à effet de serre. C’est rare sur la planète qu’il y a des portefeuilles énergétiques comme le nôtre avec autant d’hydroélectricité, dit-il.

La compagnie a réitéré qu’elle considère important que la voix des gens de la région soit entendue.

Le projet de GNL Québec, assorti de l’aménagement d’un gazoduc de 750 kilomètres reliant l’Ontario au Saguenay, est tributaire de l’approbation du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

D'après les informations de Mélissa Savoie-Soulières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires