•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse de Chandler à nouveau citée devant un comité en déontologie municipale

Louisette Langlois en entrevue dans une salle du conseil municipal.

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois

Photo : Radio-Canada

Louisette Langlois est citée à se présenter devant un comité de déontologie pour 21 manquements par la Commission des affaires municipales.

Mme Langlois devra comparaître devant la section juridictionnelle de la commission pour des manquements présumés concernant la qualité de service rendu aux citoyens, la divulgation d’information confidentielle et le conflit d’intérêts.

Plusieurs des manquements reprochés par la Commission sont relatifs à la gestion de plaintes pour harcèlement psychologique déposées par des employés de la Ville de Chandler.

Selon l’enquête de la Commission des affaires municipales, la mairesse aurait contrevenu quatre fois à l’article 6 du Code d’éthique et de déontologie des élus en divulguant le nom des employés ayant formulé des plaintes pour harcèlement psychologique à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST).

La Commission reproche aussi à Mme Langlois d’avoir manqué à l’application de l’article 5 du Code en participant à la gestion des ententes de médiation dans des dossiers de harcèlement alors qu’elle aurait omis de divulguer des intérêts personnels.

Elle aurait exercé son droit de veto sur des résolutions concernant ces dossiers. Selon l’enquête, la mairesse Langlois aurait aussi refusé de signer le procès-verbal d’une réunion au cours de laquelle des plaintes en harcèlement psychologie ont été discutées.

La Commission prétend par ailleurs que la mairesse aurait incité un citoyen à déposer des demandes d’accès à l’information concernant des factures d’avocat. Il s’agirait d’un manquement à l’article 3 du Code de déontologie municipale.

Enfin, la Commission des affaires municipales soutient que Louisette Langlois aurait participé, en octobre dernier, à des discussions sur la levée du secret professionnel des avocats de la Ville dans le cadre d’une enquête qui la concernait.

Au cours de la dernière année, la mairesse de Chandler a eu plusieurs démêlés avec des membres de son conseil municipal.

La date de comparution de Mme Langlois n’a pas encore été publiée.

La mairesse de Chandler a déjà été suspendue deux fois en 2016, pour des manquements en déontologie survenus en 2012 et 2014.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.