•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle maison de soins palliatifs de Plaisance pourrait être construite plus vite que prévu

Yves Berthiaume en entrevue.

Selon Yves Berthiaume, la prochaine résidence sera une « bâtisse merveilleuse qui ne donne pas l'impression qu’on est aux soins palliatifs ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le nouvel édifice de la maison de soins palliatifs Le Monarque pourrait voir le jour plus tôt que prévu à Plaisance. Les bénévoles de la campagne de financement ont déjà atteint plus de la moitié de l'objectif.

Même si le lancement officiel de la levée de fonds avait lieu mercredi, 1,8 million de dollars ont déjà été trouvés, a indiqué le président de la campagne, Yves Berthiaume. L’objectif est de 3,5 millions de dollars.

On va peut-être être capables [ de commencer la construction] d’ici un an, a annoncé M. Berthiaume. Il y a un besoin immense.

L'édifice actuel de la résidence Le Monarque à Montebello ne possède que six lits et la demande est très grande. M. Berthiaume a expliqué que le bâtiment — un ancien couvent — n’avait pas été conçu pour cela au départ.

Il y a beaucoup plus de gens qui vivent vieux et qui vont avoir besoin [...] de place.

Yves Berthiaume, président de la campagne de financement de la résidence Le Monarque

Le futur bâtiment de Plaisance sera beaucoup plus adapté aux besoins de la clientèle, selon M. Berthiaume. Les chambres auront toutes un bain, une douche et un balcon privé.

Des plans d'un appartement très sobre et moderne. Les couleurs y sont claires et douces. Le mobilier est urbain et en bois.

La résidence Le Monarque comble un besoin bien présent dans la région, selon Yves Berthiaume.

Photo : Radio-Canada

Des ajouts viendront également bonifier les services offerts, dont un salon de coiffure et une salle de répit pour les familles.

Un plan détaillé de la Résidence Le Monarque.

Le plan de la résidence prévoit une terrasse pour chaque chambre.

Photo : Radio-Canada

Depuis son ouverture en 2014, Le Monarque a accompagné plus de 600 personnes en fin de vie ainsi que leurs familles. Il s’agit d’un service d’une importance capitale pour l’ancien député libéral Norman MacMillan, qui souhaite pouvoir mourir chez [lui] quand le temps viendra.

J’ai toujours le comté de Papineau à cœur, a-t-il fait valoir. On a le droit, les régions, d’avoir des services que les grandes villes ont.

Financement essentiel

Le modèle de la résidence fait en sorte que celle-ci absorbe tous les coûts qui ne sont pas remboursés par le gouvernement, soit la moitié de ceux-ci.

M. Berthiaume a expliqué que s’il en coûte 400 $ pour loger une personne au Monarque par jour, le gouvernement remboursera 200 $. La résidence doit donc débourser 200 $, puisque les familles n'ont rien à payer.

Il n’y a aucuns frais pour personne, que vous soyez millionnaire ou sans-abri, on va avec la générosité des gens.

Yves Berthiaume, président de la campagne de financement de la résidence Le Monarque

Avec les informations de Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Soins et traitements