•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Outremont recule sur un règlement adopté lundi

Le maire d'Outremont, Philipe Tomlinson.

Le maire d'Outremont doit souvent répondre à des citoyens en colère pendant les séances du conseil municipal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux jours après avoir adopté un règlement qui permettait au maire d'expulser pour plusieurs séances un citoyen au langage violent, blessant ou haineux à caractère discriminatoire, l'arrondissement d'Outremont recule.

Un amendement sera déposé lors d'une prochaine séance du conseil d'arrondissement.

Le maire Philipe Tomlinson explique avoir cherché une manière de maintenir l'ordre en obtenant la permission d'expulser au besoin un ou une récidiviste pour plusieurs séances.

Les séances du conseil d'arrondissement d'Outremont sont en effet souvent très animées et les débats, très vifs, non seulement entre les élus, mais aussi entre citoyens et élus.

Je me suis quand même fait lancer des choses; c'était juste des peanuts, on s'entend.... mais ça aurait pu être des roches, des pétards ou n'importe quoi d'autre. Quand est-ce qu'on décide qu'assez, c'est assez, puis qu'il y a une ligne qui a été dépassée? C'est ça, l'enjeu qui est difficile à juger dans tout cela.

Philipe Tomlinson, maire d'Outremont

Le maire a cependant essuyé une pluie de critiques, entre autres de l'opposition officielle et de la Ligue d'action civique, qui menaçait de poursuivre la Ville si l'arrondissement ne faisait pas marche arrière. La porte-parole de la Ligue est l'ex-chef du parti Vrai changement pour Montréal, Justine McIntyre.

Ça fait partie du processus démocratique, qui n'est pas toujours confortable, mais auquel les élus ont accepté de participer. [Ils] ont donc une responsabilité face aux citoyens de les entendre et de répondre. Parfois, ce peut être inconfortable, mais ce n'est pas une raison pour expulser des gens pour une durée indéterminée.

Justine McIntyre, Ligue d'action civique

Le cabinet de la mairesse Valérie Plante indique qu'à son avis, l'arrondissement est allé un peu trop vite dans son processus. Le maire Tomlinson assure toutefois avoir décidé de faire marche arrière avant l'intervention de la mairesse.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale