•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille d’accueil de Campbellton a élevé 28 enfants en 25 ans

Le Nouveau-Brunswick cherche des familles qui vont aimer les enfants comme si c'étaient les leurs, selon Huguette et Raymond Englehart.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Être une famille d'accueil requiert un grand dévouement, mais peut aussi s'avérer une expérience des plus valorisante. C'est l'opinion d'Huguette et de Raymond Englehart, de Campbellton, au Nouveau-Brunswick, un couple qui accueille avec beaucoup de chaleur des enfants depuis 25 ans.

Ma fierté, c’est de voir que ces enfants-là ont réussi dans la vie et qu'ils s'arrangent bien. Ils ont des enfants et ils sont des bons parents. On est fiers de ça.

Huguette Englehart, mère de famille d’accueil

Ces enfants au parcours souvent difficile n'ont besoin que de se sentir aimés, selon le couple. Et l'amour est une chose qui ne manque pas chez les Englehart.

Pour eux, il est impressionnant de voir l’estime de soi des jeunes monter en flèche dès qu’ils ressentent l’amour et l’engagement de la famille d’accueil. Ce sont tous des bons enfants. C’est juste qu’il y en a d'eux autres qui ont besoin de plus d'aide que d'autres, c'est tout, exprime Mme Englehart.

Manque de familles d'accueil dans la province

Cette semaine, la vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick, Kim MacPherson, a affirmé qu'avec la chute du nombre de familles d'accueil dans la province, de plus en plus d'enfants confiés à des foyers de groupe sont sujets aux faiblesses du système.

La vérificatrice générale du N.-B., Kim MacPherson, assise devant son rapport, en comité parlementaire.

La vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick, Kim MacPherson, a tiré la sonnette d'alarme concernant les enfants placés sous la tutelle du ministère du Développement social dans la province (archives).

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

On est le moins payé pour le remboursement au Canada, affirme le père de famille d'accueil.

Rémunération des familles d'accueil

Une famille d'accueil du Nouveau-Brunswick reçoit 10 000 $ par an, selon l'Association des familles d'accueil du Nouveau-Brunswick.

À titre d'exemple, au Québec, la rétribution annuelle non imposable des familles d'accueil s’élève à un peu plus de 21 000 $ par enfant.

Même si des progrès ont été réalisés avec une augmentation de 10 % l'année dernière, l'Association des familles d'accueil du Nouveau-Brunswick souhaite un appui financier plus grand aux nouvelles familles prêtes à ouvrir leurs portes aux enfants dans le besoin.

Âgés maintenant de plus de 70 ans, les Englehart continuent d'héberger des jeunes chez eux. Ils viennent même régulièrement en aide à d'autres familles d'accueil ayant besoin d'un répit.

Un couple agé assi dans deux fauteuils, souriant à la caméra.

À ce jour, Raymond et Huguette Englehart continuent d'héberger des enfants et à donner un coup de main à d'autres familles.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Le couple invite la population à faire comme lui et à constater le pouvoir transformateur de cet engagement : Essaye-le, pis tu vas voir qu'il va y avoir un nouveau ''vous'', pis en même temps, tu vas aider les gens, dit M. Englehart. On cherche des familles qui vont prendre des enfants pis les aimer comme si c'étaient leurs propres enfants, ajoute sa femme.

Selon la vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick, le nombre de familles d'accueil disponibles dans la province est passé de 565 en 2014-2015 à 397 l'an dernier.

Avec les informations de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Famille