•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En route vers La grande guignolée des médias

Une pancarte identifiée pour la collecte de fonds

Une intersection bien identifiée pour la collecte de fonds

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Radio-Canada

Une centaine de bénévoles seront à l’œuvre dès l'aube, jeudi, pour amasser des fonds dans le cadre de La guignolée des médias. L'événement, qui portait autrefois le nom d'Opération soupe populaire, revient pour une 28e année au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les automobilistes seront sollicités à une soixantaine de points de cueillette situés aux quatre coins de la région.

La coordonnatrice régionale, Catherine Boulay, signale que l’activité permet d’amasser de l'argent visant à offrir des repas chauds aux personnes qui fréquentent les sept soupes populaires de la région tout au long de l’année.

La guignolée, c’est plus que l'implication des médias. Divers commerces recevront les dons et les denrées jusqu’au 24 décembre.

La guignolée, ici dans la région, existe depuis 28 ans. On a commencé avec une organisation qui s’appelait Opération soupe populaire en 1992. On a déjà du chemin de fait régionalement. Les gens sont habitués de nous voir arriver le premier jeudi du mois de décembre, a expliqué Catherine Boulay, en entrevue à l'émission C'est jamais pareil.

Les gens peuvent aussi faire des dons en visitant le site Internet de la guignolée ou par message texte au 20-222 en écrivant le mot REMPLIR pour un don de 10 $.

Catherine Boulay espère que la météo sera clémente. Mais même s'il fait froid, les bénévoles sont interpellés par la cause et sont toujours nombreux à s’investir bon an mal an, dans la bonne humeur.

C’est entre 50 % et 60 % du budget des soupes qui est ramassé lors de La guignolée des médias. Ce qu’on remet a un impact réel. Le visage de la pauvreté change d’année en année. Malheureusement, on a encore besoin de La guignolée. Quand on regarde les statistiques, ça doit devenir un automatisme de se préparer demain.

Catherine Boulay, responsable régionale

L’an dernier, l’initiative a permis d’amasser 250 000 $. À elle seule, la collecte dans les rues a généré 230 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Pauvreté