•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une motion pour reconnaître le caractère distinct de la Gaspésie et des Îles

Un homme, debout, lit un document

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, lors du dépôt de la motion à l'Assemblée nationale.

Photo : Radio-Canada

Joane Bérubé

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a déposé ce matin une motion à l’Assemblée nationale afin que les élus du Québec reconnaissent les particularités de la région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et qu’ils soulignent l’importance de soutenir la région.

À la suite du dépôt de la motion, lors du point de presse rassemblant les trois députés de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, la députée de Gaspé, Méganne Perry-Melançon, en a profité pour spécifier que la démarche visait à faire reconnaître certains aspects, comme l’étendue du territoire ou l’éloignement, qui freine le développement de la région.

Le député Roy estime que cette spécificité commande la mise en œuvre d’un chantier et d’une analyse très particulière sur les besoins de la Gaspésie en matière de développement.

Il faut revendiquer de manière continue nos services et une attention de l’État.

Sylvain Roy, député de Bonaventure

En déposant sa motion, le député Roy a notamment fait état des retards importants que la région a accumulés au cours des dernières années dans le financement de services de base comme la santé, l’éducation, le transport ou la culture. Si bien, dit-il, que des institutions exerçant des juridictions détenues par Québec sont absentes du territoire.

Ce manque de financement a des conséquences importantes, signale le député, notamment sur la démographie. Une population qui quitte la Gaspésie, c’est une population qui n’a pas les ressources ni les services que la vie moderne suscite, fait valoir le député. Ainsi, a illustré M. Roy, des Gaspésiens doivent s’installer dans une autre région pour obtenir des soins de santé.

Pour Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine, les défis de la démographie et de l’accès aux services sont vécus de la même manière aux Îles qu’en Gaspésie.

À cela s’ajoutent les problèmes de transport et ceux engendrés par les changements climatiques, dit-il. On parle par exemple de l’érosion qui affecte l’ensemble du territoire gaspésien et des Îles, a relevé le député Arseneau.

Il faut que le gouvernement tende une oreille aux besoins spécifiques de la Gaspésie et de l'archipel, a insisté M. Arseneau.

Le député rappelle que le gouvernement libéral avait adopté un décret reconnaissant que l’insularité aux Îles-de-la-Madeleine justifiait une attention spécifique et des programmes adaptés à cet éloignement. Cette modulation est souhaitée aussi pour la Gaspésie, indique M. Arseneau.

Tous les députés présents, qu’importe la formation politique, ont voté en faveur de la motion.

Appuis des préfets

Présents lors du dépôt de la motion, le préfet de Bonaventure, Éric Dubé, celui d’Avignon, Mathieu Lapointe, ainsi que le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier ont pu rencontrer la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, pour discuter des enjeux régionaux.

Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, s’est dit heureux de l’appui des députés de l’ensemble des formations politiques. Attendons de voir les résultats, a commenté M. Cormier.

Il aimerait que Québec puisse moduler le remboursement offert aux personnes qui doivent se déplacer sur de grandes distances pour raisons médicales. En Haute-Gaspésie, dit-il, de nombreuses personnes âgées, vulnérables, doivent se rendre à Rimouski, au Bas-Saint-Laurent, pour recevoir des soins.

Cinq hommes en conférence de presse, devant des drapeaux du Québec.

Le préfet de Bonaventure, Éric Dubé en conférence de presse à la la suite du dépôt de la motion par le député Sylvain Roy (à droite) en compagnie, à partir de la gauche, du préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, du préfet d'Avignon, Mathieu Lapointe, et du député des Îles, Joël Arseneau.

Photo : Radio-Canada

Le préfet de Bonaventure et président de la Société de chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, a profité de la tribune pour mettre de l’avant de dossier de la téléphonie cellulaire inaccessible dans plusieurs municipalités ou sur des routes comme la 299 ou la 198 et certaines portions de la route 132.

Le maire de Carleton-sur-Mer et préfet d’Avignon, Mathieu Lapointe, a voulu tirer parti de son passage à l’Assemblée nationale pour indiquer que la Gaspésie a besoin de la décentralisation promise par le gouvernement de François Legault. Québec a promis de relocaliser 5000 postes de fonctionnaires. Gaspé est prête à accueillir ceux du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), a fait valoir M. Lapointe.

Le préfet et maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, devait être présent, mais n’a pas pu se rendre en raison des aléas du transport et de la météo, illustrant ainsi, bien involontairement, les problématiques d’isolement et d’éloignement de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique provinciale