•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application redirige les aliments vers les banques alimentaires

Des poivrons, melons, pommes de laitue, choux-fleurs et plusieurs autres denrées alimentaires ont été jetés dans une poubelle.

Des millions de dollars de nourriture comestible sont jetés aux poubelles chaque année.

Photo : Facebook

Dominique Lévesque

En Colombie-Britannique, des aliments d’une valeur de plus de 780 millions de dollars sont jetés à la poubelle chaque année dans le secteur alimentaire, selon Statistique Canada. C’est pour éviter ce gaspillage alimentaire commercial et rediriger ces aliments comestibles qu'a été lancée l'application FoodMesh en 2017.

Johanne Pilon, qui travaille depuis 11 ans dans l’industrie alimentaire, explique que beaucoup de produits doivent être mis de côté, car ils ont des défauts esthétiques ou ont une date de péremption trop rapprochée.

J’étais fâchée de voir qu’on jetait des produits, pas par mauvaise foi, mais parce qu’il fallait faire beaucoup d’appels pour arriver à trouver un organisme de charité qui pourrait venir les chercher.

Johanne Pilon, employée de l'industrie alimentaire

Nourrir des familles tout en luttant contre le gaspillage alimentaire

La cofondatrice de l'application FoodMesh, Jessica Regan, affirme que cela a d’abord été difficile de recruter des entrepreneurs.

 Nous devions changer les habitudes des entreprises... pour qu’ils redirigent plutôt que jeter les aliments rejetés. 

Jessica Regan, cofondatrice, FoodMesh
Un homme s'apprête à déposer des radis avec leur feuillage dans un contenant en plastique bleu. Dans une boîte de carton brune à côté du contenant bleu, il y a des carottes, des poivrons, des oignons et des radis.

James Rowe trie des produits frais qui ont été donnés par l'entremise du réseau Food Mesh.

Photo : Photo: Food Mesh

Le gaspillage alimentaire est surtout un problème de distribution, précise Mme Regan. Avec son application, FoodMesh a voulu créer le chaînon manquant entre les distributeurs et les chaînes alimentaires, et entre les organismes de charité et les restaurateurs.

Sécurité alimentaire

Des préoccupations de distributeurs par rapport à la sécurité alimentaire font souvent obstacle aux dons d’aliments aux organismes de charité, confie Johanne Pilon, qui a été conseillère de l'industrie alimentaire pour FoodMesh dans ses débuts.

Des aliments pourris dans une poubelle.

Les aliments qui ne sont plus comestibles sont plutôt transformés par l'industrie ou compostés.

Photo : iStock

Les moeurs étaient à changer dans l’industrie alimentaire. Les distributeurs avaient peur de salir leur marque [en donnant des produits imparfaits].

Johanne Pilon, conseillère de l'industrie alimentaire pour Food Mesh

Mais seuls les produits qui ont toujours été réfrigérés et qui respectent les règles de sécurité alimentaire de l’Agence canadienne d’inspection des aliments peuvent être donnés ou vendus au rabais.

Si les aliments ne sont plus propres à la consommation humaine, il n'est pas question de les envoyer au dépotoir, explique Jessica Regan. Les commerces et distributeurs du réseau FoodMesh offrent leurs produits selon les priorités d’une pyramide alimentaire.

Pyramide alimentaire

  1. Humains
  2. Animaux
  3. Industrie
  4. Compost

Cela veut dire que la nourriture comestible est d’abord offerte aux organismes de charité et aux restaurateurs, puis aux fermiers pour nourrir leurs bêtes. Les aliments restants sont transformés par l’industrie en d'autres produits et, lorsque cela n’est pas possible, ils sont compostés.

Les distributeurs de nourriture peuvent vendre leurs surplus au rabais à tous les clients de FoodMesh ou en faire don aux organismes de charité inscrits.

Succès

Sur un fond vert, il est écrit sous l'image d'une tomate que 2 149 996 kilogrammes de nourriture ont été sauvés.

FoodMesh dit avoir récupéré plus de 2 millions de kilogrammes de nourriture.

Photo : Foodmesh.ca

FoodMesh affirme que son réseau compte 1000 distributeurs, chaînes, commerçants, restaurateurs, fermiers et organismes de charité. L’entreprise espère qu’avec la conscience sociale et le souci de durabilité et, bien sûr, les avantages financiers, le réseau FoodMesh s'agrandira.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Innovation technologique