•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de nouveau procès pour le triple meurtrier gatinois Shakti Ramsurrun

Shakti Ramsurrun.

Shakti Ramsurrun a été reconnu coupable des meurtres prémédités de ses deux beaux-parents et du meurtre non prémédité de son ancienne conjointe, en mai 2012, à Gatineau (archives).

Photo : Police de Gatineau

Radio-Canada
Mis à jour le 

L'auteur d'un triple meurtre à Gatineau en 2012 n'aura pas droit à un nouveau procès. La Cour d'appel a conclu, mercredi, que Shakti Ramsurrun avait reçu un verdict juste au terme de son procès pour les meurtres de son ex-conjointe et de ses anciens beaux-parents.

Les trois juges ont rendu une décision unanime après avoir entendu les arguments des deux parties en matinée. Ils sont convaincus que le juge de première instance n'a commis aucune erreur.

Les juges de la Cour d'appel du Québec ont toutefois mis en délibéré leur décision sur la requête de la poursuite. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a demandé au tribunal d'infirmer la décision du juge de première instance, afin de porter à 35 le nombre d'années que le Mauricien d'origine devrait passer en prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.

Pour nous, ces événements sont consécutifs. Monsieur a commencé par tuer Anne-Katherine Powers et ensuite, dans le but d’éliminer les témoins, il a tué Claude Lévesque et Louise Leboeuf. En faisant ça, il a augmenté son degré de culpabilité morale. Ce qu'on plaide, c’est que la sentence doit refléter cet élément-là, a indiqué Sylvain Petitclerc, procureur en chef adjoint pour le Bureau de la poursuite à Gatineau.

Les juges de la Cour d'appel ont indiqué à l'avocate de Shakti Ramsurrun, Claude Berlinguette, qu'ils n'avaient pas besoin de l'entendre. Le message que ça envoie, de façon générale, on trouve que c'est de très bon augure, a indiqué la criminaliste à sa sortie du tribunal.

Le tribunal avait condamné Shakti Ramsurrun à purger une peine de 25 ans de prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle. La Cour d'appel fera connaître sa décision vendredi.

L'homme de 36 ans a été reconnu coupable en 2017 des meurtres prémédités de ses beaux-parents, Claude Lévesque et Louise Leboeuf, et du meurtre non prémédité de son ancienne conjointe, Anne-Katherine Powers.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites