•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

300 nouveaux agents de la GRC pour lutter contre la criminalité en milieu rural

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada.

L’Alberta compte actuellement environ 1600 agents de la GRC.

Photo : Reuters / Valerie Zink

Radio-Canada

Les effectifs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Alberta compteront 300 nouveaux agents dans les détachements et les unités spécialisées au cours des cinq prochaines années, afin de lutter contre la criminalité en milieu rural.

Le ministre de la Justice de l’Alberta, Doug Schweitzer, en a fait l’annonce mercredi.

Cette offensive comprend aussi l'ajout de 200 membres civils.

Selon le gouvernement, les petites collectivités et les municipalités rurales, qui, pour le moment, ne contribuent pas aux frais des services de police, participeront à hauteur de 10 % de l’investissement total, qui s’élève à 286 millions de dollars pour cette période de cinq ans.

La part des municipalités augmentera graduellement pour atteindre 30 % d’ici 2023.

Ceci représente le plus gros investissement en police rurale depuis la marche de l’Ouest, a dit Doug Schweitzer, en référence au moment où des centaines d'agents de la Police à cheval du Nord-Ouest ont traversé les Prairies canadiennes, en 1874.

Chaque dollar sera investi dans les services de première ligne dans les régions rurales de l’Alberta, a-t-il ajouté.

L’Alberta compte pour le moment environ 1600 agents de la GRC. Lorsque le nouveau modèle sera pleinement mis en œuvre, il y en aura environ 1900.

L'annonce de mercredi intervient après que M. Schweitzer a écouté, dans des dizaines de municipalités de la province, les craintes, les frustrations et les difficultés ressenties par les Albertains touchés par la criminalité en milieu rural.

La grande majorité des retours que nous avons eus, c'est que la police n'intervient pas assez rapidement dans des situations d'urgence. Ça lui prend trop de temps pour réagir à de simples introductions par effraction nécessitant un suivi, a-t-il dit.

Avec les informations d’Andréa Huncar de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Forces de l'ordre