•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bataille de Hong Kong à Montréal

Des militants pour la démocratie à Hong Kong affirment que leur liberté d’expression est menacée par la Chine ici même, au Canada.

Le reportage de Sophie Langlois

Photo : afp via getty images / Philip Fong

Être un dissident chinois n’est pas de tout repos, même à Montréal. Surtout quand on vient de la Chine continentale et qu’on appuie les manifestants hongkongais.

Des militants pour la démocratie à Hong Kong qui étudient au Canada affirment que leur liberté d’expression est menacée, même ici. Ils accusent des étudiants de la Chine continentale de harcèlement sur les campus et estiment qu’Ottawa ferme les yeux sur ces abus.

Je milite secrètement pour la démocratie à Hong Kong, dit Jean (prénom fictif pour des raisons de sécurité). Je ne peux pas le faire publiquement, car je pourrais être persécuté à tout moment par le gouvernement chinois, mes parents pourraient perdre leur emploi, et si je retournais en Chine, je serais arrêté.

Rencontrer Jean est un parcours à obstacles. Il ne cesse de changer l’heure, puis le lieu du rendez-vous. Une fois rendu au café du centre-ville, il demande à changer de table pour s’éloigner de deux jeunes Chinois, assis trop près à son goût.

Tous les Chinois sont des espions potentiels. Surtout les étudiants chinois, qui se surveillent entre eux. Si tu donnes le moindre signe qui peut être perçu comme une trahison, ils vont le rapporter et te harceler sur les réseaux sociaux.

Jean, un dissident chinois qui milite pour la démocratie à Hong Kong

Cette censure, Jean la connaît bien pour avoir appris à la déjouer en Chine depuis son adolescence.

Ce qui l’a choqué en arrivant à Montréal, c’est de constater qu’il n’était pas vraiment plus libre de parler ici, au Canada.

Il y a plusieurs formes de harcèlement de la part des étudiants chinois pro-Pékin, à McGill et à Concordia, soutient-il. Ils perturbent les manifestations pro-Hong Kong, ils font de la cyberintimidation, lancent des injures et nous accusent d’être des traîtres à la nation.

« Je ne sais pas si je serai encore libre de parler »

Le 29 septembre dernier, entre 200 et 300 manifestants pro-Hong Kong ont marché dans le centre-ville de Montréal. Une dizaine de Chinois arborant le drapeau communiste rouge ont interrompu le défilé.

Des partisans de la Chine continentale ont contre-manifesté et ont attaqué un de nos militants, raconte Benjamin Fung, du groupe Action Free Hong Kong Montreal. Une chance, la police les a arrêtés, mais il y a eu de la violence ce jour-là.

M. Fung rappelle qu’en août, des Chinois avaient menacé de perturber le défilé de la Fierté à Montréal si des militants LGBTQ pro-Hong Kong y participaient.

La direction de Fierté Montréal a cédé aux menaces et a exclu ces militants du défilé, mais des Chinois ont tout de même interrompu la minute de silence consacrée aux victimes de l’homophobie.

Benjamin Fung, qui a immigré de Hong Kong il y a 30 ans, enseigne à l’Université McGill.

Lorsqu'il a contacté le réseau des étudiants de Hong Kong pour inviter ceux-ci à se joindre aux manifestations organisées par son groupe, il a été surpris par leur réponse. Ils ont dit qu’ils devaient rester neutres; c'est la Students' Society of McGill University qui exigerait cette neutralité. Mais nous pensons que des étudiants chinois [communistes] imposent cette neutralité.

Il y a 3171 étudiants chinois à l’Université McGill, soit le plus important contingent d’étudiants étrangers.

À ces allégations, la McGill Chinese Students' Society répond : Nous n’avons jamais intimidé personne à propos de cette situation. Nous n’avons jamais tenu d’événement politique ni exprimé nos opinions politiques. Toutes nos activités visent à générer du plaisir dans la communauté de McGill.

Le professeur en cybersécurité estime-t-il que la liberté d’expression de citoyens canadiens d’origine hongkongaise, comme lui, est protégée au Canada?

Jusqu’à maintenant, oui, mais après cette entrevue, je ne sais pas si je serai encore libre de parler. Il est possible que ces Chinois pro-Pékin viennent me harceler à McGill.

Benjamin Fung

M. Fung est le seul militant pro-Hong Kong qui a accepté de nous parler à visage découvert.

La crainte des représailles, ici comme à Hong Kong

La peur de représailles fait taire les étudiants hongkongais de McGill.

On pourrait être victimes de cyberintimidation, et nos familles à Hong Kong pourraient subir des représailles, dit Julie (aussi un prénom d’emprunt).

Une femme masquée tient une pancarte.

Deux étudiantes de McGill ont organisé récemment une petite exposition à la Faculté de l’éducation pour expliquer le mouvement en faveur de la démocratie à Hong Kong.

Photo : Radio-Canada

Elle et une camarade ont défié leur crainte, il y a deux semaines, et organisé une petite exposition – presque discrète, pendant seulement quatre heures – à la Faculté de l’éducation, pour expliquer le mouvement en faveur de la démocratie à Hong Kong.

La veille, les deux militantes avaient reçu un courriel d’étudiants qui s’opposaient à la tenue du kiosque, les blâmant de promouvoir la violence à Hong Kong.

Pendant l’exposition, elles ont reçu la visite de deux Chinoises en colère. Nous avons assisté à la scène.

Elles sont très fâchées, nous explique la Hongkongaise sous son masque. Elles disent que des manifestants à Hong Kong ont attaqué et tué des gens. Ils craignent qu’on diffuse des messages de rébellion; ce n’est pas du tout ce qu’on fait. On veut alimenter une réflexion, au Québec, sur la fragilité des droits de la personne, sur le coût humain de les défendre.

Les Canadiens sont naïfs. Ils doivent savoir que la tyrannie chinoise les menace aussi. Pékin triche et ne respecte aucune loi. Ils vont finir par imposer leur censure ici. Ils pénètrent un marché en soumissionnant très bas et après, si tu dis quelque chose qu’ils n’aiment pas, ils font fermer ton entreprise.

Jean, un dissident chinois qui milite pour la démocratie à Hong Kong

Les Canadiens doivent comprendre que les entreprises chinoises sont toutes contrôlées par le Parti communiste chinois, qui a des représentants dans toutes les compagnies, dit pour sa part le professeur Fung.

Le spécialiste de la cybersécurité juge que les Canadiens doivent être plus conscients des risques de contracter des partenariats avec la Chine. En particulier avec le géant des télécommunications Huawei, qui souhaite développer un réseau 5G.

Dans le monde de la cybersécurité, on sait qu’un système dit sécuritaire peut être infiltré par un logiciel espion lors d’une simple mise à jour. Pourquoi accepterait-on ce risque, alors qu’il y a d’autres solutions?, s'interroge Benjamin Fung.

Les militants pro-Hong Kong jugent qu’Ottawa devrait faire respecter la loi et mieux protéger la population contre cette influence de la Chine, qui tente, selon eux, de faire taire des citoyens canadiens sur leur propre sol.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International