•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gilles Lehouillier s’inquiète des conséquences du tramway pour les automobilistes

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Photo : Radio-Canada

Jonathan Lavoie

Le maire de Lévis juge que le tramway pourrait nuire aux automobilistes de la Rive-Sud qui traversent les ponts chaque matin pour se rendre au travail à Québec.

La présentation d’une étude d’achalandage plus tôt cette semaine n’a pas convaincu Gilles Lehouillier de l’utilité d’un tramway dans la capitale.

Selon lui, le tramway ne drainera pas assez d’usagers pour faire une différence sur la route.

Allez voir l'étude qui a été rendue publique à l'époque du Service rapide par bus (SRB) et vous allez vous rendre compte que les gains faits par le tramway sont exactement les mêmes que ceux qui auraient été faits avec le SRB, soutient le maire.

Ça nous coûte trois milliards et demi, mais on a les mêmes gains d'achalandage que si on avait un SRB.

Gilles Lehouiller, maire de Lévis

Les dizaines intersections qui deviendront infranchissables ou les interdictions de tourner à gauche à de nombreux endroits inquiètent particulièrement Gilles Lehouillier, même si ces carrefours ne se trouvent pas dans sa ville.

Ça va prendre plus de statistiques sur les automobilistes qui vont rester, comment ça va se passer la circulation? s’interroge le maire.

400 déplacements de plus

Le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec reprend la comparaison avec le SRB à son compte.

Jean-François Gosselin souligne que l’étude d’achalandage du défunt projet, présentée en 2011, anticipait une hausse de 14 370 passage à l’heure de point du matin d’ici 2041.

Avec le réseau de transport structurant, dont les prévisions d’achalandage ont été dévoilées cette semaine, la hausse anticipée est maintenant de 14 900 passages, soient 400 de plus.

Ces chiffres proviennent de Régis Labeaume et son équipe. On n'a rien inventé. [...] C’est donc une différence de 400 déplacements pour un projet qui coûte deux milliards de plus, critique le chef de l’opposition.

Québec 21 quitte la salle

Les trois élus de Québec 21 ont par ailleurs mis leur menace à exécution. Ils ont quitté la séance du comité plénier où le directeur général de la ville, Luc Monti, répondait aux questions des élus sur le financement du réseau de transport structurant.

L’opposition exigeait plutôt la présence du directeur du projet, Daniel Genest, pour répondre à leurs questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale