•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec et les omnipraticiens s’entendent sur les soins palliatifs à domicile

Une infirmière aide un homme couché dans un lit.

Le gouvernement du Québec a promis en 2017 le déploiement d'une soixantaine de groupes de soins palliatifs à domicile sur le territoire de la province.

Photo : getty images/istockphoto / LPETTET

Radio-Canada

L'offre de soins palliatifs à domicile devrait s’améliorer au Québec à la suite de l’annonce mercredi d’une entente conclue entre les médecins omnipraticiens et le gouvernement Legault sur le déploiement prochain de dizaines d’équipes dans la province.

Cette entente qui était attendue depuis que l’ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait promis en 2017 d’instaurer au moins une soixantaine de groupes de soins palliatifs à domicile dans la province.

Ces équipes composées de professionnels de la santé, de médecins et d’infirmières ont pour mission de venir en aide aux personnes mourantes qui désirent terminer leur vie à la maison.

Or, le dossier a fait du surplace pendant des mois en raison notamment de désaccords entre la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et le gouvernement, de sorte qu’un seul groupe de soins palliatifs à domicile a été déployé depuis.

La semaine dernière, des groupes de patients excédés par cette impasse ont dénoncé, entre autres, l’attitude de la FMOQ qui bloquait selon eux la mise en place des nouveaux groupes de soins palliatifs à domicile.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a annoncé mercredi que son gouvernement s’est finalement entendu avec la FMOQ.

C’est une belle entente qu’on vient de conclure avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec.

Danielle McCann, ministre de la Santé du Québec

J’ai confiance que ça va s’étendre à la grandeur du Québec. Actuellement, on sait qu’on a au moins huit équipes qui sont prêtes à être déployées, a précisé la ministre McCann lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale.

On attend le plan de l’ensemble des régions du Québec pour la fin mars, a ajouté la ministre.

Le PDG de la FMOQ, le Dr Louis Godin, a lui aussi évoqué un déploiement rapide des équipes.

Probablement qu’il pourra y en avoir entre 60 et 90. Il y a des équipes qui vont débuter très très rapidement parce qu’on a des gens qui étaient en attente d’être reconnus et qui, là, pourront être reconnus.

Dr Louis Godin, PDG de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

La FMOQ s’est donc finalement entendue avec Québec sur les modalités organisationnelles du projet et sur la rémunération des médecins qui feront partie de ces groupes de soins palliatifs à domicile.

Le Québec en retard

Un médecin au chevet d'un homme couché dans son lit, à la maison.

Seulement 20 % des Québécois en fin de vie finissent leurs jours à la maison, soit la moitié moins que dans le reste du Canada.

Photo : getty images/istockphoto / monkeybusinessimages

Il faut dire que le Québec accuse un important retard en matière de soins palliatifs à domicile.

Actuellement, 20 % des Québécois en fin de vie terminent leurs jours à la maison. C’est la moitié moins que dans le reste du Canada. Pourtant, la majorité des gens affirment préférer s’éteindre chez eux plutôt qu’en centre hospitalier.

Le développement des soins de fin de vie à domicile est d’autant plus important que beaucoup de patients, faute de soins palliatifs appropriés, se retrouvent dans les urgences des hôpitaux pour y vivre leurs derniers moments. Cela nuit considérablement à leur qualité de vie, en plus de contribuer à engorger les urgences.

Avec les informations de Davide Gentile.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique