•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Great North Data doit des centaines de milliers de dollars à T.-N.-L. et à l'APECA

Installations pour faire du minage de cryptomonnaie.

Une photo des installations de Great North Data publiée sur le site web de l'entreprise.

Photo : Site internet / www.greatnorthdata.com

Radio-Canada
Mis à jour le 

Depuis sa faillite, Great North Data, une entreprise qui hébergeait des installations de minage de cryptomonnaie et traitait des algorithmes d'intelligence artificielle à Labrador City et Happy Valley-Goose Bay, doit de l’argent aux gouvernements provincial et fédéral.

Selon les documents de faillite déposés à la fin du mois de novembre, l'entreprise a inscrit 13,2 millions de dollars en passif contre seulement 4,6 millions de dollars en actif. Les gouvernements fédéral et provincial ont droit à une partie de cet argent.

L'Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) est aussi un créancier non garanti au montant de 281 675 $.

Great North Data doit de plus 313 718 $ à la Business Investment Corporation du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador. Ce montant est par contre assuré par le bâtiment et le terrain de Great North Data à Labrador City, ainsi que par leurs machines et leur équipement.

L'entreprise a reçu 500 000 $ de l'APECA en décembre 2015 et 420 000 $ de la province entre janvier et août 2016.

En 2017, une société d'exploration de données basée à Hong Kong a poursuivi Great North Data devant la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador. Ce différend juridique n'est toujours pas réglé.

Le site web de Great North Data est maintenant hors ligne, mais une version archivée indique que l'entreprise a été fondée en 2013 et qu'elle s'est développée d'un sous-sol de démarrage à un important fournisseur de capacité de traitement dans le Canada Atlantique.

En plus des organismes de financement fédéraux et provinciaux auxquels l'entreprise doit de l'argent, Hydro Terre-Neuve-et-Labrador figure sur la liste des créanciers non garantis pour une somme de plus de 316 477 $. Pour sa part, la Banque de développement du Canada figure sur la liste des créanciers non garantis pour une somme de 225 000 $.

Avec les informations de Rob Antle de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Cryptomonnaies