•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dédommagements pour Phénix : l'AFPC et le Conseil du Trésor à la table des négociations

Un manifestant avec un masque de Justin Trudeau devant les yeux.

Des manifestants devant l’hôtel Carleton Suite, avenue Laurier Ouest, Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Une centaine de manifestants se sont rassemblés mercredi matin, à Ottawa, alors que débutent les audiences de la commission de l’intérêt public (CIP) pour aider l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et le Conseil du Trésor à régler leur différend.

L'AFPC est en négociation avec le Conseil du Trésor dans le contexte d’une commission de l'intérêt public jusqu'au 7 décembre.

C'est une journée extrêmement importante. C'est le début de la commission d'intérêt public pour notre plus grande table de négociations, plus grande unité de négociation, le groupe PA, a lancé la vice-présidente exécutive nationale de l'AFPC, Magali Picard.

D’après le site web de l’AFPC, le groupe PA comprend plus de 67 561 employé-e-s responsables de l'administration des programmes, des services d'information, des communications, des services de secrétariat, du matériel de bureau, des services administratifs, des programmes de bien-être, des employé-e-s de bureau et du traitement des données.

Qu’est-ce qu’une commission de l’intérêt public ?

La loi prévoit la création d’une commission de l'intérêt public (CIP) en cas d’impasse pour aider les parties à régler leur différend. La CIP est composée de trois membres : une présidence nommée par la commission des relations de travail et deux personnes nommées pour représenter respectivement le syndicat et l’employeur. La CIP dispose de 30 jours pour présenter son rapport. Ensuite, les équipes de négociation de l’AFPC se réuniront pour en discuter. Demander la mise sur pied d’une CIP ne veut pas dire que le syndicat fera la grève. La grève est toujours le dernier recours et sera déclenchée seulement si la majorité des membres votent pour un mandat de grève.

Source : Alliance de la fonction publique du Canada

Par courriel, le Secrétariat du Conseil du Trésor s’est dit déterminé à négocier de bonne foi et à conclure des ententes équitables pour les employés et raisonnables pour les contribuables.

Nous sommes déçus que l’AFPC ait rejeté une offre équitable qui comprenait des rajustements salariaux et des dispositions conformes aux récentes conventions signées par 34 autres unités de négociation, peut-on également y lire.

Le Secrétariat a confirmé que le Conseil du Trésor participe aux commissions d’intérêt public pour régler les questions en litige.

L'AFPC réclame « le coût de la vie »

Ce qu'on veut au niveau de la négociation collective, c'est le coût de la vie minimum. C'est plutôt invraisemblable, sachant que cet employeur-là fait subir à ses travailleurs depuis bientôt quatre ans des problèmes de paye avec Phénix, a détaillé Mme Picard.

Les attentes sont très simples, on n'est pas en train de demander la lune et les étoiles au gouvernement

Magali Picard

Par ailleurs, le syndicat s'attend à trouver une entente en ce qui a trait aux dédommagements pour le système de paye Phénix, qui depuis sa mise en service a connu de nombreux ratés.

En mai, l'AFPC avait rejeté l'offre du gouvernement pour les dommages subis par les travailleurs du fait du fiasco de Phénix. Le syndicat avait alors parlé d'une offre déraisonnable et inéquitable.

Des femmes manifestent dans la rue.

Plusieurs syndiqués membres de l'AFPC ont manifesté mercredi.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Une grève générale illimitée envisagée

Le processus devrait se poursuivre jusqu'au mois de mars. Sans entente entre les parties, le syndicat pourrait voter en faveur d'une grève qui aurait lieu au printemps prochain.

Les commissions vont se poursuivre jusqu'au mois de mars. Alors, nous prévoyons demander un vote de grève si nous n'avons pas d'entente avec l'employeur [...] pour qu'en mars-avril nos gens soient en grève générale illimitée au Canada, promet Mme Picard.

Au total, l'Alliance compte près 190 000 membres, dont 140 000 fonctionnaires fédéraux.

Avec les informations de Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale