•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune homme avoue avoir tué le pédophile qui l'aurait agressé

Yan Dugas en 2016.

Yan Dugas en 2016.

Photo : Radio-Canada

Sébastien Tanguay

Yan Dugas a plaidé coupable, mercredi matin, d'avoir tué un pédophile qui l'aurait agressé lorsqu'il était enfant.

Le jeune homme a poignardé à mort Mathias Breton, 73 ans, le 7 octobre 2016, dans le quartier Limoilou, à Québec.

Il était alors âgé de 18 ans.

Le septuagénaire avait été retrouvé inanimé, un couteau ensanglanté à ses côtés, dans son logement au coin de la 2e Rue et de la 8e Avenue.

Les autorités ont épinglé le meurtrier un mois après l'assassinat, grâce à l'appel du directeur d'une maison de réinsertion sociale.

Un de ses pensionnaires, Yan Dugas, venait d'avouer avoir commis un meurtre. La victime, disait-il, l'avait agressé dans le passé.

Mathias Breton avait déjà écopé de six ans d'emprisonnement pour des crimes de nature sexuelle à l'encontre de mineurs.

Le domicile de Breton, dans lequel ce dernier vivait seul, accueillait beaucoup de visiteurs. Ils y venaient pour fumer des cigarettes, boire de l'alcool ou avoir des relations sexuelles, selon la couronne.

Yan Dugas avait déjà avoué son crime aux policiers à la suite de son arrestation, expliquant qu'il avait tué Mathias Breton d'un seul coup de couteau, dans un endroit, l'abdomen, qu'il savait vital.

Oui, monsieur le juge, je suis coupable, a lancé Dugas mercredi matin d'une voix claire, les cheveux coiffés de style Pompadour.

En avouant sa culpabilité, l'accusé évite un procès pour meurtre au premier degré, une accusation qui lui aurait valu une peine d'emprisonnement à peréptuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans s'il avait été reconnu coupable.

En plaidant coupable pour meurtre au deuxième degré, Yan Dugas encourt maintenant une peine de prison à vie, mais avec possibilité de libération au terme de 10 à 25 ans d'incarcération.

Quelques proches ont assisté à l'audience. À leur entrée dans la salle, Dugas, menottes aux poignets, leur a soufflé un baiser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Procès et poursuites