•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec doit être propriétaire du nouveau Vacancier, disent les fournisseurs de la Davie

Les participants à la Grande traversée de la Gaspésie (TDLG) ont dormi tout en voyageant sur le navire CTMA Vacancier, accosté à Matane.

Les participants à la Grande traversée de la Gaspésie (TDLG) descendent du CTMA Vacancier, au port de Matane.

Photo : Courtoisie Jérôme Landry

Michel-Félix Tremblay

Le gouvernement du Québec ne doit pas céder aux pressions de la CTMA, affirme le porte-parole de cette association qui représente plus de 800 fournisseurs québécois du chantier. Selon lui, le navire qui assurera la desserte provinciale des Îles-de-la-Madeleine doit appartenir à l'État.

Le projet initial, mis au rancart par le gouvernement caquiste, prévoyait que la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) des Îles-de-la-Madeleine conserverait la propriété du nouveau navire, comme c'est le cas avec le Vacancier. Le gouvernement libéral de l'époque acceptait aussi que ce navire soit construit à l'étranger.

Le comité interministériel mis en place par la suite devait rendre sa décision en juin, annonce reportée de mois en mois et qui finalement, selon nos informations, ne sera pas connue avant 2020.

Ces retards accumulés cachent un os, selon le porte-parole de l'Association des fournisseurs du chantier Davie, Pierre Drapeau, quant à la propriété du futur navire.

Nous on trouve inconcevable que cette question-là ne soit pas encore réglée.

Pierre Drapeau porte-parole, Association des fournisseurs de la Davie

Pierre Drapeau rappelle que le gouvernement fédéral, lui, a réglé la question rapidement et demeurera propriétaire du bateau qui va remplacer le Madeleine entre Souris et Cap-aux-Meules. CTMA en sera l'opérateur.

Il devrait en être de même pour Québec, précise le porte-parole.

Si le gouvernement du Québec sort un dollar pour se payer un navire, il est normal que ce soit une propriété collective.

Pierre Drapeau, porte-parole, Association des fournisseurs de la Davie

La CTMA, ainsi que la Davie et ses fournisseurs, n'en sont pas à leurs premières frictions dans cet épineux dossier.

En juin, l'entreprise madelinienne émettait des réserves quant à la capacité du chantier de Lévis de construire un traversier pour remplacer le Vacancier.

Une déclaration qui avait été jugée incendiaire par l'association des fournisseurs de la Davie.

Le chantier naval Davie de Lévis

Le chantier naval Davie de Lévis

Photo : ICI Radio-Canada

Évidemment, si Québec décidait d'être propriétaire du navire, il pourrait le faire construire au chantier Davie.

Le gouvernement Legault n'a laissé filtrer aucune information quant à ses orientations dans le dossier.

Une silence qui soulève des craintes chez les fournisseurs du chantier.

Sur les ondes de la radio de Radio-Canada, en juillet, le directeur Emmanuel Aucoin affirmait qu'il ne voyait pas pourquoi Québec retirerait à la CTMA la propriété du navire, compte tenu de la feuille de route de l'entreprise.

Autre écueil possible?

Une rumeur circulerait dans les corridors de l'Assemblée nationale suggérant que Québec serait tiède à l'idée de financer le volet croisières, développé par la CTMA.

Québec songerait ou aurait songé à l'idée de scinder le projet en deux, ce qui pourrait signifier la fin du modèle de croisières entre Montréal et les Îles, à bord du bateau qui transporte aussi des marchandises vers l'archipel.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre a cependant indiqué hier que personne en autorité n'a affirmé que cette option était réellement sur la table.

Rappelons que le gouvernement du Québec subventionne la desserte des Îles-de-la-Madeleine pour le transport des marchandises.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports