•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rue Roger-Garceau renommée Awacak, à Trois-Rivières

Pancartes de noms de rues sur un panneau d'arrêt.

Le nom de la rue Roger-Garceau sera remplacé par un mot atikamekw qui signifie « petit être de lumière ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La rue de Trois-Rivières qui porte le nom d’un enseignant qui aurait agressé sexuellement de jeunes Atikamekw s'appellera désormais Awacak, qui signifie « petit être de lumière » en langue atikamekw.

Roger Garceau, aujourd’hui décédé, a travaillé à Manawan de 1976 à 1978. Il était membre de l’Ordre franciscain séculier. Cet été, des résidents de cette communauté ont entamé un recours collectif contre Ottawa pour avoir fermé les yeux sur les abus de cet homme.

Une rue de Trois-Rivières porte son nom, car c’est là qu’il a terminé sa vie. Il a notamment été directeur général de la FADOQ région Mauricie durant 18 ans.

À la demande de membres de la communauté atikamekw, le comité de toponymie de la Ville s’est penché sur la possibilité d’enlever son nom.

Le changement a été entériné à l’unanimité mardi soir par les conseillers municipaux.

Vous avez parlé et nous avons écouté. [...] Merci d’enrichir notre toponymie ainsi que notre culture, a déclaré le président du comité de toponymie, le conseiller municipal Pierre-Luc Fortin.

La conseillère municipale du district des Forges, où se trouve la rue, a tenu à livrer un message en français et en atikamekw. Un représentant de la communauté atikamekw se trouvait dans la salle de l’hôtel de ville pour l’occasion.

J’espère profondément que ce petit geste que le conseil pose aujourd’hui va pouvoir les aider ne serait-ce qu’un petit peu dans leur processus de guérison.

Extrait du discours de Mariannick Mercure lors du conseil municipal
Mariannick Mercure assise à son siège de conseillère devant son ordinateur. Elle parle au micro.

La conseillère municipale Mariannick Mercure a livré un message en français et en atikamekw à l'occasion du vote sur le changement de nom de la rue Roger-Garceau, mardi, lors de la séance du conseil municipal de Trois-Rivières.

Photo : YouTube/Ville de Trois-Rivières

Mariannick Mercure juge que c’est un geste symbolique important.

C’est un message d’espoir, ce n’est pas un gros geste qu’on fait de changer un nom de rue, comparativement à ce que ces gens-là ont vécu, mais c’est quelque chose qu’on est capables de faire, sur lequel on a du pouvoir, on espère que ça va leur permettre d’avancer dans leur guérison, même si c’est peu, a-t-elle expliqué.

Awacak est aussi le mot utilisé pour désigner les enfants, en langue atikamekw.

Avec des informations d'Anne-Andrée Daneau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Autochtones