•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sommet de l'OTAN : Trudeau est un « visage à deux faces », dit Trump

Selon la vidéo diffusée en ligne, plusieurs dirigeants, dont Justin Trudeau, se seraient moqués du président américain.

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Radio-Canada

Le président américain, Donald Trump, a traité le premier ministre canadien Justin Trudeau de « visage à deux faces » après la diffusion d'une vidéo où M. Trudeau, en compagnie du président français Emmanuel Macron et du premier ministre britannique Boris Johnson, semble se moquer du chef d'État.

Les commentaires du président américain ont été prononcés alors qu'il se trouvait en compagnie de la chancelière allemande Angela Merkel.

Il a dit croire que M. Trudeau était furieux après qu'il lui a dit la veille que le Canada ne consacrait pas 2 % de son produit intérieur brut (PIB) à la défense, ce qui est l'objectif établi par l'OTAN.

Le président américain a également annulé sa participation à la conférence de presse qui devait clôturer le sommet. Dans un message publié sur Twitter, Donald Trump justifie son geste par le fait qu'il a donné beaucoup de conférences de presse depuis deux jours.

Lors d'un point de presse, le premier ministre canadien a affirmé qu'il avait eu de très bonnes rencontres avec le président Trump, que ce soit mardi, avant l'enregistrement, et mercredi matin.

Hier soir, j'ai évoqué le fait qu'il y avait une conférence de presse non prévue avant ma rencontre avec le président, a ajouté M. Trudeau.

Ce dernier a précisé que lorsqu'il mentionne, dans la vidéo, que leur mâchoire a décroché, il faisait référence aux équipes de conseillers, qui, a-t-il dit, n'étaient pas nécessairement au fait que le prochain G7 aurait lieu à Camp David, la retraite présidentielle américaine située au Maryland.

J'ai eu plusieurs conversations avec M. Trump, et tout s'est bien déroulé, a encore indiqué le premier ministre, avant de rejeter les allégations voulant qu'il ait mis le nouvel ALENA en danger en étant pris sur le fait alors qu'il discutait avec M. Macron et M. Johnson.

Notre relation bilatérale avec les États-Unis est très forte.

De son côté, le premier ministre britannique a estimé qu'il était complètement farfelu d'affirmer que la vidéo démontrait qu'il ne prenait pas Donald Trump au sérieux.

L'opposition rappelle Trudeau à l'ordre

À Ottawa, le chef de l'opposition officielle, Andrew Scheer, a accusé le premier ministre Trudeau d'abandonner les « amis » du Canada.

Au moment où le Canada a plus que jamais besoin de relations fortes, Justin Trudeau continue d'affaiblir la position du Canada sur la scène internationale avec la pauvreté de son jugement, son manque de professionnalisme et son amour pour la comédie, a déclaré le chef du Parti conservateur.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a soutenu que M. Trudeau avait habitué les Canadiens à son « double discours », notamment dans le dossier des relations avec les Premières Nations.

S'il existe bien des raisons pour critiquer le président américain, faire en sorte que le premier ministre arrive plus tard à un cocktail n'en est pas une, a-t-il ajouté.

Pour la fonction de président des États-Unis, il faut garder un certain respect, et on ne s'amuse pas à badiner de façon coquine, entre chefs d'État, lorsque l'on interpelle le président des États-Unis, d'autant plus qu'il est possible que la population américaine réagisse de façon assez mal, a de son côté souligné le chef bloquiste Yves-François Blanchet, avant de rappeler que M. Trump faisait également preuve de manque de respect.

À Québec, le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, s'en est tenu à une courte déclaration, réitérant au passage qu'il était nécessaire de maintenir de bonnes relations avec les États-Unis. On n'a pas intérêt à aller se battre contre les États-Unis, on n'est pas en mesure de se battre, a-t-il indiqué.

Jeux de coulisses à l'OTAN

Les images tournées par les caméras britanniques et sous-titrées par la chaîne CBC montrent Emmanuel Macron, Boris Johnson, Justin Trudeau et Mark Rutte (le premier ministre des Pays-Bas), manifestement amusés, discuter avec la princesse Anne lors d'une réception au palais de Buckingham, mardi soir, avant un sommet de l'OTAN.

Le premier ministre britannique demande à M. Macron : c'est pour ça que vous êtes en retard? M. Trudeau ajoute : il est en retard parce qu'il a eu une conférence de presse de 40 minutes inattendue.

Inaudible dans l'échange, Emmanuel Macron avait auparavant rencontré dans l'après-midi Donald Trump, qui l'avait attaqué durement sur ses propos sur l'OTAN et sa volonté de taxer les compagnies technologiques américaines.

Les deux dirigeants avaient longuement répondu aux questions des journalistes et Emmanuel Macron avait notamment dit « maintenir » ses propos sur l'OTAN en « mort cérébrale », jugés « insultants » par M. Trump.

Oh, oui, oui, il a annoncé, a poursuivi M. Trudeau en souriant. On pouvait voir son équipe qui tombait des nues.

Le nom de l'occupant de la Maison-Blanche n'est jamais explicitement mentionné dans la vidéo diffusée en ligne.

Comme lors du dernier sommet de l'OTAN, M. Trump a fait fi du protocole et utilisé ses apparitions publiques avec des dirigeants alliés pour répondre à des questions des médias internationaux.

La discussion captée par les caméras ne devrait pas améliorer l'ambiance pendant le sommet de mercredi dans un golf de la banlieue de Londres, déjà assombri par plusieurs différends, notamment l'intervention de la Turquie en Syrie.

Avec les informations de Agence France-Presse, La Presse canadienne, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International