•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès de l’ex-maire de Thunder Bay : les Hobbs auraient voulu protéger Mary Voss

L’avocat Brian Greenspan, Marisa et Keith Hobbs.

L'ex-maire Keith Hobbs et sa femme Marisa parlent à leur avocat Brian Greenspan, à l’extérieur du palais de justice de Thunder Bay, en 2018.

Photo : CBC/Kris Ketonen

Radio-Canada

Mary Voss, aurait été « utilisée » par Keith et Marisa Hobbs dans un stratagème pour extorquer une maison à la victime, selon l’enquêteur de la police provinciale Martin Graham. Les Hobbs se défendent en affirmant que leur objectif était de protéger Mme Voss de la victime présumée.

Keith Hobbs, Marisa Hobbs et Mary Voss subissent depuis deux semaines et demie leur procès pour extorsion devant le juge de la Cour supérieure de l’Ontario Fletcher Dawson.

Le procès se déroule devant juge seul.

Ils sont accusés d’avoir tenté de forcer la victime à acheter une maison pour Mme Voss en menaçant de partager des vidéos compromettantes à la police.

La victime présumée, dont l’identité fait l’objet d’une ordonnance de non-publication, a déclaré en cour au début de la deuxième semaine du procès qu’elle croyait que l’affaire était une vendetta de la part des Hobbs, et non de Mary Voss.

L’inspecteur Graham a suggéré à Mary Voss lors d’un interrogatoire que Keith et Marisa Hobbs éprouvaient des difficultés financières à l’époque et qu’ils voulaient que la victime achète une maison à Mary Voss pour que de l’argent puisse être obtenu en empruntant sur la maison.

Mary Voss a fréquenté la victime de façon intermittente et a travaillé comme cuisinière et femme de ménage.

L’édifice du Palais de justice de Thunder Bay

Des extraits des interrogatoires des accusés ont été présentés en cour.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

En plus de faire semblant d’être une amie, comme [Marisa Hobbs] l’a fait avec d’autres personnes, elle s’est servie de vous, a dit l’inspecteur Graham à Mary Voss. 

Plus tard dans la vidéo, il a ajouté : Tu ne vois pas comment Marisa s’est servie de toi?

Je suppose que oui, a répondu Mary Voss.

Marisa Hobbs, la conjointe de l’ancien maire, se serait défendue lors de son propre interrogatoire avec l’inspecteur Graham en affirmant que son objectif était de protéger Mary Voss.

Les Hobbs auraient aussi déclaré que la victime aurait planifié l’achat d’une maison pour Mme Voss avant de les rencontrer.

Keith et Marisa Hobbs n’auraient pas accepté d’argent provenant de la victime.

Marisa Hobbs a dit à l’inspecteur Graham qu’elle ne pensait pas [faire] quelque chose de mal et que l’achat d’une maison pour Mary Voss était nécessaire pour que celle-ci et la victime puissent se séparer à l’amiable.

L’enquêteur a répliqué à Mme Hobbs que les échanges de messages entre les accusés et la victime démontrent bien qu’il y aurait bien eu tentative d’extorsion.

La façade d’un bâtiment.

Un ordinateur utilisé par l’ex-maire lorsqu’il était encore en poste a été saisi en 2017.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

La défense dépeint négativement la victime

Lorsque l’inspecteur Martin Graham a dit à Marisa Hobbs que ce qu’elle et Keith Hobbs faisaient serait considéré comme de l’extorsion, Marisa Hobbs a répondu qu’ils essayaient juste d’aider Mary Voss à échapper à la victime.

Mary Voss a déclaré que la victime présumée buvait beaucoup d’alcool, était très dominante et avait un comportement très erratique.

Elle aurait aussi affirmé à l’inspecteur Graham ne pas croire que l’achat d’une maison pouvait être considéré comme de l’extorsion.

L’enquêteur a demandé à Mme Voss pourquoi elle n’avait pas simplement quitté la victime présumée.

Mary Voss se serait sentie mal de partir, car la victime était malade et avait besoin de son aide.

Elle a également dit à l’enquêteur qu’elle avait peur d’appeler la police lorsque la victime était en état d’ébriété et agissait de façon erratique. Cela serait dû en partie à des interactions traumatisantes avec la police au Ghana, a-t-elle témoigné.

Lors du contre-interrogatoire de l'inspecteur Graham par l’avocat George Joseph, l’enquêteur a admis que la victime détenait le « gros bout du bâton » dans sa relation avec Mme Voss.

M. Graham a aussi déclaré qu’il s’agissait de sa première enquête concernant un cas présumé d’extorsion.

Le procès devrait se terminer d’ici vendredi.

Les plaidoyers finaux de la Couronne et de la défense auront lieu les 5 et 7 février 2020.

Le juge Dawson prendra par la suite plusieurs semaines pour étudier les preuves et rendre son jugement.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Procès et poursuites