•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de main-d'oeuvre : la nouvelle formation en plomberie redonne espoir aux entreprises

Un bâtiment ancien converti en centre de formation professionnelle.

Le centre de formation professionnelle du Frère-Moffet, à Ville-Marie

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Corbeil

Emily Blais

Former de futurs plombiers directement en Abitibi-Témiscamingue donne espoir à des entreprises de la région. Dans les domaines commercial, industriel et résidentiel, la main-d'oeuvre est difficile à trouver.

Le Centre de formation professionnelle de la Baie-James s'associe avec le Centre Frère-Moffet le temps d'une cohorte afin de répondre à ce besoin.

Ils devront toutefois attendre plusieurs mois avant d'essayer d'embaucher ces futurs plombiers. Les étudiants doivent suivre une formation de 1680 heures et ils devront ensuite être accompagnés.

C'est 8000 heures d'apprentissage pour un plombier pour être capable de travailler tout seul, précise Éric Lavergne, directeur chez Plomberie Camirand à Rouyn-Noranda.

Un homme pose dans une cuisinette, les mains sur les hanches, souriant.

Éric Lavergne, directeur de Plomberie Camirand

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Je ne le sais plus comment essayer d'aller les chercher. On va avoir un nouveau Centre de formation, peut-être que c'est la clé du succès, je ne sais pas.

Éric Lavergne

Pour honorer des contrats, Éric Lavergne doit parfois engager des plombiers de l'extérieur. L'été passé, je faisais des projets en ville avec des gars de Montréal. J'ai engagé quatre gars qui venaient de l'extérieur. On les paye comme il faut, pension pour qu'ils puissent se loger et nourrir à Rouyn, ça a un impact sur le prix pour les clients, souligne-t-il.

Des représentants d'entreprises se déplacent aussi dans d'autres centres professionnels à l'extérieur de la région pour recruter.

Dans une école en Outaouais ou à Montréal, on y va pour faire comprendre aux finissants côté plomberie qu'il y a de l'ouvrage pour eux en Abitibi, mais ce n'est pas évident qu'on en trouve, explique Marie-Christophe Gah, coordonnatrice des ressources humaines de PDG Industries de Val-d'Or.

L'administratrice de l'entreprise Lord & Gagnon à Amos, Caroline Lord, préférerait trouver des employés dans la région.

Quand on veut avoir un esprit d'équipe, investir à long terme, avoir une équipe à long terme et approfondir les compétences, nous ce qu'on remarque c'est que c'est plus facile avec des gens de la région, dit-elle. Si le cours s'offre ici, il y a plus de chances que j'aie des jeunes qui sortent du secondaire qui ont envie d'aller dans ce domaine-là si ça se donne ici en région.

Le défi est également de garder les employés. Ce qu'on a réussi à faire pour essayer au moins de garder la main-d'oeuvre qu'on avait, c'est d'améliorer les conditions de travail, fournir des instruments de travail pour leur donner le goût de rester avec nous, énumère Caroline Lord.

Au Centre Frère-Moffet, 10 inscriptions sont confirmées et d'autres sont encore analysés. La direction est persuadée de trouver les 16 élèves requis pour débuter la formation de 14 mois en janvier. La formation en Plomberie et Chauffage est gratuite. Les cours sont offerts du lundi au jeudi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Emploi