•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-Simon Desgagnés a les Jeux de Tokyo en tête

Jean-Simon Desgagnés a représenté le Canada au 3000m steeple lors des Universiades, à Naples, en juillet dernier.

Photo : Mathieu Belanger

Guillaume Piedboeuf

Alors que débute la saison d’athlétisme universitaire, le meilleur coureur du Rouge et Or doit déjà penser à son après-saison. À 21 ans seulement, Jean-Simon Desgagnés aspire à une participation aux Jeux olympiques de Tokyo, au 3000 m steeple, l’été prochain.

Athlète fort prometteur à son arrivée avec le Rouge et Or, il y a quelques années, on voyait alors les Jeux olympiques de 2024 comme un objectif logique dans la carrière de Jean-Simon Desgagnés. Mais voilà que l’échéancier a été devancé.

Sur papier, j’ai des chances dès cet été. On peut voir ça comme un objectif. Ce serait surprenant, mais ce n’est pas irréalisable, lance l’étudiant de 3e année en médecine.

Pour accéder aux olympiques, il devra se classer dans le top 45 mondial du 3000 m steeple, puis terminer parmi les trois premiers lors des sélections nationales, fin juin. Deux résultats qui semblent réalistes sachant qu’il a pris le 2e rang des nationaux en 2018 et le 4e rang, cet été.

Ce sera plaisant si je réussis, mais pas plus décevant que ça si ce n’est pas atteint, relativise-t-il.

S’entraîner en vue du printemps

N’empêche, quand l’occasion de participer aux Olympiques passe, on fait tout en son pouvoir pour la saisir. C’est pourquoi Jean-Simon Desgagnés devra penser un peu plus à lui, cet hiver, et un peu moins au Rouge et Or. C’est que sa discipline fétiche, le steeple, où les coureurs doivent enjamber cinq barrières et un obstacle d’eau à chaque tour de piste, n’existe pas sur le circuit universitaire.

Le plan cet hiver est vraiment de faire une préparation physique générale. Plus de volume d’entraînement, mais moins d’intensité pour me faire un bon fond avant d’axer ma préparation spécifiquement sur le steeple à partir d’avril.

Desgagnés participera quand même à des compétitions avec le Rouge et Or, mais en gardant un œil sur Tokyo et les quelques compétitions internationales auxquelles il prévoit participer pour grimper dans le classement mondial, dont des courses à Boston et en Californie, en février et en mai. À cela s’ajoutera probablement quelques compétitions en Europe.

Jean-Simon Desgagnés court au milieu d'un peloton de coureur.

Jean-Simon Desgagnés lors des Universiades, en julllet, à Naples.

Photo : Mathieu Belanger

Invité aux mondiaux de cross-country

Le Rouge et Or pourrait aussi avoir à se passer de ses services aux championnats canadiens universitaires du mois de mars, où Desgagnés avait remporté l’argent au 1500 m et au 3000 m, l’hiver dernier. Double champion québécois de cross-country, l’athlète de 1,75 m et 61 kg a reçu une invitation de l'équipe nationale pour les mondiaux universitaires de cross-country, qui auront lieu en même temps, au Maroc.

C’est sûr que c’est un peu différent pour Jean-Simon parce qu’il a des objectifs plus élevés. On doit vivre avec, explique l’entraîneur de l’équipe d’athlétisme du Rouge et Or, Sylvain Cloutier, qui succède à Félix-Antoine Lapointe, cette saison.

Mais le nouveau pilote de l’équipe rappelle que même en dehors des compétitions, le Rouge et Or sort gagnant de la présence d’un coureur de la trempe de Jean-Simon Desgagnés à l’entraînement.

Ça pousse tout le groupe vers le haut. Ça montre qu’il n’y a pas de limite où on peut se rendre, même en s’entraînant ici avec le Rouge et Or, si on a des objectifs de haut niveau, assure-t-il, mentionnant au passage que du côté féminin, Jessy Lacourse (1500 m) et Audrey Leduc (100 m) peuvent aussi espérer être à Tokyo l'été prochain.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Athlétisme