•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

27 recommandations pour plus de sécurité au centre-ville de Winnipeg

Un ruban jaune de la police délimite une scène de crime.

Le rapport suggère entre autres la création d'un centre de communication pour la sécurité publique au centre-ville.

Photo : Radio-Canada / Cliff Simpson

Mohamed-Amin Kehel

La Commission de police du Manitoba a rendu un rapport au gouvernement provincial faisant état de 27 recommandations pour améliorer la sécurité dans le centre-ville de Winnipeg. Parmi les solutions proposées, les commissaires suggèrent plus de patrouilles pédestres et de vidéosurveillance, mais aussi le développement d'un partenariat public-privé.

Ce rapport a été commandé par la province au président de la Commission David Asper en septembre dernier. Ce dernier a encouragé le gouvernement provincial à agir différemment pour endiguer la violence qui sévit dans le centre-ville winnipegois. Le rapport énumère notamment la nécessité d’avoir des rues mieux éclairées, le durcissement des lois anti-mendicité et surtout une consultation régulière des citoyens sur le sujet avec la création de comités communautaires.

Le ministre provincial de la Justice Cliff Cullen a accueilli d’un bon œil ce rapport qu’il a qualifié de feuille de route pour améliorer la sécurité des habitants de Winnipeg.

Ce rapport met en avant le fait que nous devons travailler en collaboration pour réussir à avoir des résultats positifs pour les Manitobains.

Cliff Cullen, ministre de la Justice du Manitoba

Le rapport recommande aussi la création d'un centre de communication pour la sécurité publique au centre-ville qui regroupera plusieurs organismes sociaux et associations. L'objectif serait de sensibiliser la population aux enjeux de sécurité publique en utilisant notamment diverses nouvelles technologies.

Pour le chef libéral du Manitoba Dougald Lamont, ce rapport n'a pour but que de nettoyer le centre-ville et non pas d'améliorer la sécurité.

Un Minneapolis winnipegois?

David Asper a également soutenu le projet pilote de partenariat entre le secteur public et le secteur privé porté par le propriétaire des Jets de Winnipeg, Mark Chipman. Dougald Lamont estime, lui, que ce n'est pas le travail du secteur privé que de traiter des questions de sécurité publique.

Mi-novembre, le propriétaire des Jets a lancé un partenariat avec la Ville de Winnipeg, la police et une organisation d’entrepreneurs du centre-ville pour tenter d’améliorer la sécurité dans le centre-ville. Le président de l’entreprise True North s’est inspiré du modèle de Minneapolis, aux États-Unis, qui a réussi à réduire son taux de violence en faisant collaborer des acteurs privés et publics.

Pour Mark Chipman, l'objectif n'est pas de se substituer à la police, mais il affirme que le problème de la sécurité n’est pas seulement un problème pour le gouvernement et la police. Avec cette initiative et les patrouilles pédestres qui découlent de ce partenariat, il veut ainsi combiner les ressources pour parvenir à un meilleur rendement. À l’heure actuelle, il s'agit d'un projet pilote dans une petite partie du centre-ville, rappelle David Asper, mais il espère que les conclusions de ce premier essai permettront d’étendre ce programme.

Il y a un grand sentiment de fierté dans notre communauté, et lorsque nous nous réunissons nous pouvons créer une meilleure communauté. Voilà le sens de ce partenariat.

Mark Chipman, entrepreneur et propriétaire, Jets de Winnipeg

Cliff Cullen a aussi apporté son soutien au projet et affirme que le gouvernement appuiera et facilitera le travail de Mark Chipman et de ses partenaires. Il a néanmoins précisé qu'aucun fonds supplémentaire ne sera dépensé pour mettre en œuvre les mesures du rapport.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, a accueilli positivement les recommandations de la Commission de police et le dialogue et la collaboration avec la province, malgré les divergences qui les séparent sur certains points. Pourtant, il n’y avait aucun représentant municipal à la présentation du rapport mardi matin.

Avec les informations de Rachel Bergen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique municipale