•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des spécialistes du jeu réunis à Gatineau pour repenser le Musée canadien des enfants

Entrée du Musée canadien des enfants

Le Musée canadien des enfants, qui a ouvert ses portes en 1989, sera renouvelé d'ici à la fin de l'année 2021.

Photo : Radio-Canada

Christelle D'Amours

Un symposium sur l’avenir du Musée canadien des enfants se déroule à Gatineau les 4 et 5 décembre. Après une première consultation publique en 2018 , l’avis d’experts de partout dans le monde est maintenant sollicité pour connaître les dernières tendances qui pourraient modeler le nouvel espace de jeu à réinventer d’ici à la fin de 2021 .

Le Musée canadien des enfants a été inauguré en 1989, en même temps que le Musée canadien de l’histoire (MCH) dans lequel il se trouve. Il n’a pas été modifié depuis 30 ans.

La façon dont le musée est fait en ce moment, avec les grosses structures - c’est un espèce de voyage autour du monde - c’est très difficile de changer quoi que ce soit, reconnaît la directrice principale des expositions et de l’expérience des visiteurs du MCH, Chantal Amyot.

Il faudra donc que l’aire de jeux soit fermée durant quelques semaines pour changer complètement la configuration de l’espace. Le budget du projet est fixé à 15 millions de dollars.

Un enfant joue près d'un autobus scolaire coloré dans un musée.

Le contenu du Musée canadien des enfants n'a pas été actualisé depuis près de 30 ans.

Photo : Radio-Canada

Échéancier révisé du projet de réaménagement du Musée canadien des enfants :

  • Septembre 2020 : fermeture de l’espace actuel du Musée des enfants. Des activités pour les familles seront tout de même offertes durant cette période.

  • Octobre 2020 : réouverture d’un espace avec une offre temporaire qui restera en place jusqu’à l’ouverture officielle.

  • Décembre 2021 : ouverture du nouveau Musée des enfants.

Puisque le Musée des enfants repart à neuf, l’équipe responsable du projet a fait appel à une quinzaine de spécialistes provenant des quatre coins du globe et de milieux différents (cirque, design, etc.) pour évaluer les possibilités.

Ce sont vraiment des gens qui ont passé des années à étudier les enfants et comment ils réagissent, précise Mme Amyot.

Des scientifiques ainsi que des professionnels provenant de musées pour enfants de l'Australie, de l'Autriche et de la France font notamment partie des conférenciers invités au symposium qui se déroule à Gatineau jusqu’à jeudi.

On a plusieurs options et de très bonnes idées qu’on veut tester. [...] Le jeu libre, l’inclusion, l’accessibilité sont tous des thèmes qu’on va couvrir au symposium

Chantal Amyot, directrice principale des expositions et de l'expérience des visiteurs, Musée canadien de l'histoire

Malgré la diversité de leurs expériences, les panélistes ont une chose en commun : ils se spécialisent en jeu libre.

« Pas de technologie s’il vous plaît »

Le projet de rénovation du Musée canadien des enfants s’est amorcé concrètement en octobre 2018 lorsque le Musée canadien des enfants a organisé une journée de consultation avec le public. Depuis, l’institution tient régulièrement des sondages en ligne et au musée afin de connaître les désirs des visiteurs.

Chantal Amyot souligne que les priorités des parents sont très claires en ce qui concerne la place de la technologie dans les futures installations : ils n’en veulent pas.

Je pense que les gens en ont assez. Il y en a partout, elle est omniprésente à la maison, à l’école, partout où on va! Ce n’est pas ce genre d’expérience qu’on cherche, ajoute-t-elle.

Il n’y aura donc pas de jeux vidéo, ni de tablettes électroniques dans le prochain Musée canadien des enfants. La technologie aura sa place, mais de façon plus discrète pour ajouter du fantastique ou de la magie au jeu, selon Mme Amyot.

Un espace de jeu coloré et aménagé pour rappeler un marché d'alimentation dans un musée pour enfants.

« Le marché » au Musée canadien des enfants.

Photo : Radio-Canada

Le jeu libre demeure ainsi la priorité de l'institution repensée. L’objectif est d’offrir un environnement interactif pour les familles dans lequel les enfants ne sont pas constamment dirigés.

Il y a très peu d’options pour aller jouer librement sans être supervisé de très proche. Il y a de moins en moins d’occasions pour ça et ça change la façon dont ils développent leurs habiletés.

Chantal Amyot, directrice principale des expositions et de l’expérience des visiteurs, Musée canadien de l’histoire

Valoriser l'essai-erreur

Cette idée de laisser les enfants faire leurs propres expérimentations est partagée par plusieurs panélistes invités au symposium. Parmi eux, Alisson Boiffard, muséographe à l’Universcience de Paris, croit que l’essai-erreur permet une forme d’apprentissage plus adaptée à un musée.

On ne veut pas que le visiteur ressorte en ayant des compétences nouvelles ou en ayant appris : on n’est pas à l’école!

Alisson Boiffard, muséologue, Universcience de Paris

Selon la muséologue, il faut ainsi laisser à un engagement concret des enfants.

C’est de faire différemment, de prendre du plaisir, de pouvoir s’engager avec le corps et pas seulement avec l’esprit, de pouvoir manipuler, jouer un rôle dans l’exposition, précise-t-elle.

La thématique du prochain Musée canadien des enfants sera assurément très générale. Si elle prévoit quelques clins d’oeil à la réalité canadienne, l’équipe du MCH veut d’abord rejoindre la clientèle la plus vaste possible, par une expérience renouvelée dans un environnement repensé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Musée