•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le propriétaire d’un local commercial réduit le loyer d'un tiers pour attirer un locataire

Une affiche dans la vitrine d'un local commercial sur laquelle il est inscrit, en anglais : « loyer réduit pour compenser l'impôt foncier démesuré ».

Le local commercial situé au 2310, rue Granville, à Vancouver, est vide depuis la fin de l'été.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Le propriétaire d’un local commercial du quartier de South Granville, à Vancouver, désespéré de trouver un locataire, a réduit du tiers le loyer pour compenser des impôts fonciers qu'il juge démesurés.

Loyer réduit pour compenser des impôts fonciers démesurés : c’est ce qui est écrit sur une grande affiche rouge placée dans la fenêtre d’un immeuble commercial situé au 2310, rue Granville, à Vancouver.

Le propriétaire du local, Peter Tolliday, explique que celui-ci est vide depuis le mois de septembre. Il recherche désespérément un locataire pour l’aider à payer les impôts fonciers, qui s’élèvent à plus de 4300 $ par mois (environ 52 000 $ par an).

C’est ma retraite. Au lieu d’avoir un revenu, j’ai une perte d’argent.

Peter Tolliday, propriétaire commercial

Sa stratégie : diminuer du tiers le loyer demandé, le faisant passer de presque 60 à environ 40 $/pi2, par an. Cela constitue toutefois une perte pour son local de 1900/pi2 (175/m2) de plus de 37 000 $ par an.

Selon la Business Improvement Association de South Granville, le loyer commercial moyen dans le secteur oscille entre 50 et 100 $/pi2.

Les impôts fonciers, dit Peter Tolliday, sont généralement passés au locataire.

Selon lui, le problème réside dans la manière de calculer les impôts fonciers pour les commerces, soit en fonction de l’évaluation foncière, qui dépend surtout de la valeur du terrain et non de l’immeuble lui-même.

La Ville de Vancouver envisage une augmentation des impôts fonciers, l'an prochain, de 8,2 %.

Des impacts ailleurs dans la ville

Selon la directrice générale de la Business Improvement Association de Hastings North, Patricia Barnes, les impacts négatifs de la hausse des impôts fonciers se font sentir partout dans la ville, pas seulement dans South Granville. Notre préoccupation majeure est la perte de commerces indépendants et uniques à la ville, dit-elle. Même si les chaînes de magasins au détail sont importantes, précise-t-elle, ils n'ont pas le même charme.

Nous avons besoin de gens qui peuvent démarrer leur propre entreprise et amener une saveur unique aux quartiers, parce que c’est ce qui les rend dynamiques.

Patricia Barnes, directrice générale, Business Improvement Association, Hastings North

Selon Patricia Barnes, la solution réside dans l’instauration d’un système mixte d’évaluation foncière, qui permettrait aux municipalités de réduire l’impôt foncier pour des immeubles répondant à certains critères précis.

La directrice des stratégies financières de la Ville de Vancouver, Grace Cheng, affirme que les pouvoirs des villes, à cet égard, sont limités par la loi.

Un système mixte permettrait toutefois à Vancouver, explique-t-elle, d’imposer un immeuble selon son usage réel plutôt que selon son potentiel de développement.

Le ministère provincial des Affaires municipales et du Logement, dans une déclaration écrite, affirmetravailler activement à développer une stratégie temporaire pour assister les petites entreprises en 2020, en attendant de développer une solution permanente.

Avec des informations de Joel Ballard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier