•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La neige estimée : le nouveau calcul pour mesurer les flocons à Québec

Il y a un an, le Québec a connu un hiver très impressionnant sur le plan des précipitations de neige. (archives)

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Maxime Denis

Environnement et Changement climatique Canada a cessé de mesurer les précipitations de neige en se fiant qu'aux données de l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec. Comment la neige est-elle donc mesurée?

Chaque année, lorsque vient le temps de négocier un contrat de déneigement, la même question revient : combien de neige est-il tombée cette année à Québec?

À Québec, Environnement et Changement climatique Canada mise depuis deux ans sur la mesure estimée des précipitations de neige.

Il faut comprendre que ça ne représentait pas la variabilité qu'on peut avoir dans la région. Donc on va croiser cette donnée à celles de plusieurs autres partenaires, dont le ministère de l'Environnement du Québec, informe le météorologue Alexandre Parent.

Un homme souriant regarde la caméra et tient un appareil pour mesurer la neige dans ses mains.

Alexandre Parent est météorologue chez Environnement Canada.

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

Différents outils sont utilisés comme les senseurs automatisés à ultrasons installés à la station météo du ministère située non loin des pistes d'atterrissage à l'Aéroport international Jean-Lesage.

Il s'agit d'un instrument qu'on fixe à 2 ou 3 mètres d'altitude face à une surface comme une dalle de béton où il n'y a pas encore de neige.

L'appareil écoute le retour et avec la vitesse du son, on est capable de faire vraiment une distance entre l'appareil et la neige. Quand on a une dizaine de centimètres de neige, l'ultrason va faire un retour à l'appareil plus rapidement, explique Alexandre Parent.

Cependant, s'il y a une couche de glace qui se forme sur le couvert de neige, l'appareil calculera uniquement la nouvelle neige. D'où l'importance de faire un suivi serré des quantités tombées.

Mais il existe d'autres appareils pour en arriver au calcul de la neige estimée.

Le nivomètre

Cet appareil va calculer le poids de l'eau recueillie de la fonte de la neige, donnant ainsi un indice sur la quantité de neige tombée. C'est entre autres pourquoi les météorologues utiliseront le terme de neige estimée plutôt que de donner un nombre précis.

Dans la région, les spécialistes vont aussi surveiller de près les données rapportées par les stations météo du collège Saint-Charles Garnier et du parc de Duberger.

La planche à neige

Un homme tient une plaque de bois blanche sur laquelle tient à la verticale un bâton rouge. C'est l'hiver

Une planche pour mesurer les précipitations de neige.

Photo : Radio-Canada

Pour les observateurs amateurs de météo, la planche à neige peut être un outil pratique et simple pour obtenir des statistiques à la maison.

Il s'agit de prendre une planche de bois de couleur blanche et d'y insérer un bâton au milieu.

La peinture blanche fait que l'énergie solaire ne sera pas absorbée par la planche. La température de l'air et de la planche sera la même, décrit M. Parent.

Le bâton de couleurs sert simplement à retrouver sa planche à neige à la suite d'une bordée. Il est important de trouver un endroit un peu à l'abri du vent et loin de la maison afin d'éviter que la mesure soit modifiée par la neige tombant du toit.

Au début d'une chute de neige, on dépose la planche à neige sur notre surface pour mesurer la nouvelle quantité à venir.

Idéalement, il peut y avoir une mesure biquotidienne et vous pouvez partager vos observations avec le mot-clic #météoqc sur les réseaux sociaux pour en informer Environnement et changements climatiques Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Conditions météorologiques