•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle course et d’autres initiatives vertes au GP3R

Des voitures sur un circuit de course.

Une course de la série TitansRX à Estering, en Allemagne.

Photo : titansrx.eu

Radio-Canada

Le Championnat de rallycross Titans RX sera la nouvelle tête d'affiche de la première fin de semaine du Grand-Prix de Trois-Rivières (GP3R) l'été prochain. 

À la fin octobre, on apprenait que le Championnat du monde de rallycross de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) ne sera pas de retour sur le circuit trifluvien. L’organisation a donc dû trouver une autre course pour remplir son calendrier.

Basée en Europe, c'est la première fois que l'organisation du Championnat de rallycross TitansRX tiendra une course en Amérique du Nord. Elle aura lieu les 1er et 2 août.

Le directeur général du Grand Prix, Dominic Fugère, affirme que les pilotes ont tous le même bolide, ce qui crée une intéressante compétition. Il souligne aussi que le coût pour participer à ces courses est moins élevé que bien d'autres, ce qui pourrait favoriser la participation de pilotes locaux.

La série TitansRX est composée de 15 pilotes au volant de voitures identiques qui utilisent un biocarburant.

Dominic Fugère affirme que d'utiliser le biocarburant dans ces courses permet au fabricant de tester le produit dans des conditions extrêmes, des conditions qu'on ne verrait jamais dans les voitures de tous les jours, mais des conditions qui permettent que le carburant est vraiment performant.

Selon le Grand prix de Trois-Rivières, il y aura 90 % moins d’émissions de gaz à effet de serre lors de cette course, grâce à l’utilisation de ce biocarburant au lieu d’énergies fossiles.

Du biodiésel pour le montage du site et du circuit

L’organisation a aussi annoncé que la majorité du carburant diésel qui sera utilisé pour le montage du site et du circuit sera remplacé par du biodiésel provenant de la transformation de gras animal recyclé. Cela réduirait de 95 % les émissions de gaz à effet de serre.

Il s’agit d’un partenariat entre le GP3R et le bioraffineur Innoltek de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Course automobile