•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TikTok limitait la portée des personnes handicapées, grosses et de la communauté LGBTQ

Le logo de l'application TikTok sur l'écran d'un téléphone intelligent.

Les personnes désignées par TikTok comme étant « vulnérables » voyaient les statistiques de leurs vidéos plafonner après un certain nombre de vues.

Photo : afp via getty images / LIONEL BONAVENTURE

Radio-Canada

TikTok, le réseau social de l’heure chez les jeunes, empêchait intentionnellement les publications des personnes handicapées, des membres de la communauté LGBTQ et des personnes grosses d’atteindre un large public dans le but de les protéger contre l’intimidation.

Selon des documents internes obtenus par le blogue allemand axé sur la protection de la vie privée Netzpolitik, TikTok limitait jusqu’à tout récemment la portée des vidéos mettant en scène les sujets susceptibles de se faire cyberintimider en raison de leur état physique ou mental.

Les titulaires de comptes désignés comme étant « vulnérables » par TikTok voyaient les statistiques de leurs vidéos plafonner après un certain nombre de vues – de 6000 à 10 000, selon les cas –, n’apparaissant plus dans le fil d’actualité principal de TikTok. En somme, cela tuait tout espoir de connaître un succès viral.

Les membres de l’équipe de modération de TikTok auraient également reçu des directives leur demandant d’indiquer les personnes handicapées afin que leurs vidéos soient seulement visibles dans leur pays, selon une source interne.

Punir les victimes

Constantin Grosch, de l’organisme dédié aux droits des personnes handicapées AbilityWatch, soutient qu’il s’agit d’une politique d’exclusion.

Cette censure ne repose sur rien. C’est absurde de ne pas punir les trolls, mais bien les victimes de cyberintimidation, a-t-il mentionné en entrevue avec Netzpolitik.

L’activiste rappelle que les personnes handicapées sont déjà sous-représentées dans les médias et souvent traitées avec condescendance par le public.

TikTok recule

Une porte-parole de TikTok a assuré à Netzpolitik que la politique de l’entreprise a récemment été modifiée, bien que les documents obtenus par le site web montrent qu’elle était appliquée au moins jusqu’en septembre.

Cette approche n’a jamais été une solution à long terme et, même si notre intention était bonne, nous avons réalisé que ce n’était pas la bonne approche, a-t-elle expliqué.

L’entreprise n’a pas voulu faire d’autres commentaires sur le sujet.

TikTok est au centre de plusieurs controverses depuis qu’elle est devenue un phénomène mondial cette année, surtout en raison de sa présumée censure de contenu qui déplaît aux autorités chinoises.

La semaine dernière, la suspension du compte d’une adolescente ayant publié une vidéo qui dénonçait les camps d’internement de la population ouïgoure en Chine a fait couler énormément d’encre. La plateforme est finalement revenue sur sa décision, maintenant toutefois que sa suspension était liée à d’autres contenus sur son profil.

TikTok a été téléchargée plus de 1,5 milliard de fois depuis son lancement. Elle est la quatrième application la plus téléchargée de l’année sur l’App Store après YouTube, Instagram et Snapchat, selon des chiffres publiés lundi par Apple.

Avec les informations de Netzpolitik, et The Verge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Applications mobiles

Techno