•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick néglige les enfants placés dans les foyers de groupe, selon un rapport

La vérificatrice générale s'inquiète du nombre croissant de jeunes enfants dans les foyers de groupe.

Un enfant assis contre un mur regarde la télévision.

Des enfants d'à peine quatre ans sont placés dans des foyers de groupe, qui accueillent les enfants de la petite enfance jusqu'à l'âge de 18 ans (Archive).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des lacunes au ministère du Développement social du Nouveau-Brunswick mettent des enfants placés dans des foyers de groupe à risque, souligne la vérificatrice générale Kim MacPherson dans son rapport présenté mardi à l’Assemblée législative.

Elle fait état d’une mauvaise planification, de normes inefficaces, d'un taux de roulement élevé du personnel et de faiblesses dans la surveillance de la qualité des soins au ministère.

Constats du rapport :

  • Mauvaise gestion des placements des enfants dans les foyers de groupe.
  • Augmentation du nombre d'enfants de moins de 10 ans.
  • Augmentation du nombre d'enfants aux prises avec des problèmes complexes.
  • Taux de roulement élevé du personnel.

Moins de familles d'accueil

La vérificatrice générale du N.-B., Kim MacPherson, assise devant son rapport, en comité parlementaire.

La vérificatrice générale du N.-B., Kim MacPherson, a présenté son plus récent rapport à l'Assemblée législative (Archives).

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Selon Kim MacPherson, le nombre de familles d'accueil disponibles dans la province est passé de 565 en 2014-2015 à 397 l'an dernier. Les plus fortes baisses ont été observées à Moncton et à Saint-Jean, les deux plus grands centres urbains de la province.

Il y a un grand manque de familles d’accueil. Les enfants dans les foyers de groupe sont élevés par des étudiants sans expérience parentale et dont la formation est insuffisante.

Intervenant de la collectivité cité dans le rapport de Mme MacPherson

Kim MacPherson affirme qu'avec la chute du nombre de familles d'accueil, de plus en plus d'enfants confiés à la garde de la province sont sujets aux faiblesses du système.

Plus de bambins

Une augmentation récente du nombre de placements d’enfants âgés de cinq ans et moins dans des foyers de groupe est particulièrement préoccupante, estime Mme MacPherson. Les jeunes enfants sont placés dans des foyers de groupe et sont souvent intégrés à des jeunes plus âgés. Ce n’est pas idéal, souligne l'Association des foyers de groupe dans le rapport.

On a recours à des foyers de soins de groupe même lorsque, pour certains enfants, le placement en famille d’accueil serait plus approprié et donnerait probablement de meilleurs résultats, selon la vérificatrice générale. Ces placements sont d’ailleurs plus coûteux pour la province, ajoute-t-elle.

100 % des employés démissionnent

Le roulement du personnel exacerbe les difficultés, selon l’Association des foyers de groupe.

Celle-ci indique que 521 employés ont démissionné sur une période de deux ans. Ce nombre dépasse même le nombre total d’employés, qui est de 512.

À Noël, il n’y avait pas de personnel pour couvrir le seul client pris en charge. Le directeur exécutif a fait le travail seul pendant cette période.

Association des foyers de groupe

Préparation inadéquate vers l'indépendance

Le rapport révèle également que le ministère ne prépare pas adéquatement les enfants à la transition hors d'un foyer de groupe.

Je ne crois pas que les enfants acquièrent les compétences nécessaires pour une éventuelle indépendance. En général, ils quittent le Ministère [à l'âge de 16 ans] mal préparés.

Intervenant de la collectivité cité dans le rapport

[La mauvaise gestion des foyers de groupe] peut mener à des conséquences désastreuses, contribuant aux tentatives de suicide, aux dépendances, aux problèmes de santé mentale à long terme et à l’itinérance, s'inquiète Kim MacPherson.

Pistes de solution : une commission d'enquête?

Portrait de Bernard Richard.

On prépare le chemin pour une vie remplie de problème, craint Bernard Richard.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Quand une société n'est pas capable de s'occuper de ses membres les plus vulnérables, clairement il y a quelque chose qu'il ne va pas, regrette l'ancien défenseur de la protection de l'enfance, Bernard Richard.

Ça prend davantage que des paroles, ça prend davantage que des promesses pour changer le système. [...] Peut-être que ça prendrait une commission d'enquête pour aller plus à fond dans les problèmes qui existent.

Bernard Richard

Le système est brisé, dit le chef du Parti vert, David Coon. Il ajoute que la participation de la ministre du Développement social Dorothy Shephard à une table ronde avec des jeunes pris en charge était un pas dans la bonne direction.

Mme MacPherson a formulé 16 recommandations visant à améliorer la gestion des placements d’enfants. Le gouvernement accepte plusieurs d’entre elles.

Au total, 35 foyers dans la province sont financés par le gouvernement. Ils ont coûté 20 millions de dollars l'an dernier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale