•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse d'achalandage au RTC n'émeut pas Québec 21

Usagers autobus RTC, réseau de transport de la Capitale

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Jean-François Nadeau

L'opposition à l'hôtel de ville de Québec remet en contexte la hausse d'achalandage constatée au Réseau de transport de la Capitale (RTC). La société de transport présente une augmentation de 5,5 % cette année par rapport à l'an dernier.

Le conseiller de Québec 21, Patrick Paquet, a siégé au conseil d'administration du RTC entre 2009 et 2013. Il souligne que la hausse de l'achalandage n'est que de 1,2 % au RTC, si on analyse la période allant de 2013 à 2019.

Il estime que la baisse d'achalandage de 2014 aurait pu être évitée si le RTC avait continué à développer son offre de services.

« On n'a pas continué notre stratégie. On avait seulement à respecter le plan et continuer à bonifier les services, surtout les dessertes nord-sud et les services dans les arrondissements. On est revenus avec ça l'an passé et ça fonctionne », soutient Patrick Paquet.

Le RTC a enregistré une hausse d'achalandage importante cette année et prévoit une hausse importante de 4,3 % l'an prochain.

C'est assez phénoménal. Dans les dernières années, on a eu des hausses de 1-1,5 % après avoir subi une certaine stagnation de l'achalandage. Il y a un travailleur sur trois qui utilise le transport en commun. Avant, c'était un sur quatre, souligne le président du RTC, Rémy Normand.

Le RTC affirme que la hausse est attribuable entre autres à l'implantation du laissez-passer universel pour les étudiants universitaires.

L'ajout de parcours à Saint-Augustin-de-Desmaures, à l'aéroport international Jean-Lesage et dans le secteur nord-ouest de la ville fait également partie des facteurs.

On voit déjà que c'est très, très, très positif. Dès qu'on ajoute du service dans certains secteurs, il y a une réponse immédiate. Dans le secteur de Saint-Augustin, les premières données nous indiquent déjà une hausse de 30 % d'achalandage, illustre Rémy Normand.

Budget 2020 équilibré

Le RTC entend présenter un budget 2020 équilibré à 238 millions de dollars, une hausse de 3,2 % par rapport au budget 2019.

La société de transport estime la hausse de l'achalandage à 4,3 % l'an prochain.

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada

Davantage de services à Beauport

Les investissements pour bonifier les services seront augmentés de 6 millions de dollars.

On veut bonifier la desserte de Beauport l'an prochain. On mettra aussi à contribution le nouveau centre hospitalier universitaire à la jonction de Limoilou et Beauport, en plus de finaliser les parcobus Sainte-Anne et de la Faune au printemps, mentionne Rémy Normand.

La Ville de Québec s'engage également à investir 17,2 millions de dollars au-delà de l'inflation d'ici 2025 au RTC. Un investissement sans précédent, qui se fera à condition que les hausses des contributions gouvernementales se poursuivent.

Le paiement mobile, qui devait être mis en place en 2019, devrait se concrétiser début 2020. L'électrification du transport en commun ne se fera pas avant 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transport en commun