•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un implant électrique pourrait aider les patients paralysés à marcher à nouveau

Une femme tient un implant entre les doigts.

L'équipe de Vivian Mushahwar a publié un article dans la revue scientifique Scientific Reports.

Photo : Université de l'Alberta

Radio-Canada

Un implant électrique ainsi que des avancées dans la cartographie de la moelle épinière pourraient bientôt aider les personnes atteintes de lésions médullaires à remarcher.

L'implant a été mis au point par une bioingénieure et chercheuse à l'Université de l'Alberta, Vivian Mushahwar.

Imaginez le futur : une personne a une simple pensée et une commande est transmise à la moelle épinière. La personne se lève et marche. C’est la situation rêvée, dit-elle.

Selon Mme Mushahwar, les gens ont tendance à croire que le cerveau fait tout le travail de réflexion, mais la moelle épinière a sa propre intelligence intégrée.

Une voie non explorée, selon la chercheuse

Les travaux de Vivian Mushahwar se concentrent sur un minuscule stimulateur implanté dans la moelle épinière, qui utilise des fils de la grandeur de cheveux pour envoyer un signal permettant à une personne de se tenir debout et de marcher.

Ce qui nous différencie, c'est que nous avons cartographié les réseaux de capacités motrices électriquement. Personne d'autre ne l'a fait.

Vivian Mushahwar, bioingénieure

L'implant est une version plus sophistiquée de celui utilisé pour aider l'ancien joueur de hockey des Broncos de Humboldt, Ryan Straschnitzki.

Selon la chercheuse, l'implant de l'ex-joueur de hockey a été placé à l'extérieur de la moelle épinière, tandis que sa découverte serait implantée à l'intérieur de celle-ci.

Dans un article publié dans la revue scientifique Scientific Reports, son équipe a présenté une carte identifiant quelles parties de la moelle épinière sont responsables de divers mouvements, notamment ceux de la hanche, des genoux, des chevilles et des orteils.

Nous sommes sur le point de fusionner l'humain et la machine.

Vivian Mushahwar, bioingénieur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Recherche et développement