•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Davantage d'aide en santé mentale pour les agriculteurs de l'Est-du-Québec

Un agriculteur conduit un tracteur dans un champ qui borde la mer.

Sur l’Île du Havre Aubert, l’agriculture est en pleine effervescence.

Photo : Radio-Canada

Jean-François Deschênes

Le gouvernement octroie 300 000 $ à l’organisme Au coeur de familles agricoles (ACFA). Cette subvention permettra d’embaucher des travailleurs de rang où le besoin se fait sentir dans la province.

Pour le président de l’Union des Producteurs agricoles (UPA) de la Côte-Nord, Yves Laurencelle, il s’agit d’un projet essentiel pour les communautés.

D'ailleurs, il compte faire des représentations auprès du gouvernement pour qu'une partie de cet argent serve à l'embauche d'un premier travailleur de rang sur la Côte-Nord. Vous ne pouvez pas vous imaginer le stress que les producteurs peuvent vivre , soutient-il.

Les agriculteurs vivent avec un stress qui est constant, constant, constant. Pour nous, cet argent-là, ça veut dire que : oui, le gouvernement comprend la problématique. Peut-être qu’on va en avoir un et c’est le but recherché.

Yves Laurencelle, président, UPA Côte-Nord
Des bleuets sont bien visibles dans un champ.

La récolte des bleuets sont populaires sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada

Projet pilote dans la MRC de La Matapédia

Les travailleurs de rang sont des intervenants psychosociaux qui ont pour mission de rencontrer les agriculteurs et leurs proches dans le but de prévenir les problèmes de santé mentale. Les agriculteurs se retrouvent isolés pour faire face à ce genre de problème.

Un projet pilote a été mis en place dans la MRC de La Matapédia il y a six ans. Plus de 200 interventions sont faites chaque année.

La détresse psychologique toucherait près de la moitié des 42 000 producteurs de la province

Davantage d’argent

Le président de l'UPA local, Gilbert Marquis, estime que l'argent accordé par Québec est un pas dans la bonne direction.

Néanmoins, M. Marquis soutient que l’argent ne sera pas suffisant pour doter chaque MRC de la région d'un travailleur de rang, tel que souhaité.

Comme le Bas-Saint-Laurent est vaste, il faudrait, selon lui, permettre au moins l'embauche d'une ressource dans l'ouest du territoire, puisqu'il y a déjà une travailleuse de rang dans la MRC de La Matapédia, située à l’est.

C’est sûr que ce n’est pas assez 300 000 $ qu’on va régler le problème. C’est sûr, monsieur Lamontagne disait : il va y avoir plus d’heures, oui, mais il ne faut pas essouffler les travailleurs de rang non plus.

Gilbert Marquis, président, UPA du Bas-Saint-Laurent

Gilbert Marquis dit qu'il aura à l’œil le prochain budget provincial pour s'assurer de la pérennité de l'aide consentie aux agriculteurs.

Vaches dans un enclos.

Le domaine agricole est important dans l'économie du Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La Matapédia perd sa travailleuse de rang

Dans la Vallée de la Matapédia la travailleuse de rang sera mise à pied le 31 décembre.

L’agriculteur et membre d’un comité pour le maintien du projet, Gilles St-Laurent, est déçu de ne pas avoir pu trouver l’argent à temps.

Il a bon espoir que la somme consentie par Québec, permettra d'engager à nouveau une ressource. Il croit aussi que le service devrait s'étendre à tout le Bas-St-Laurent.

À partir de maintenant, l’alignement qui va se faire avec l’ACFA, c’est qu’il y aura probablement deux travailleurs de rang au Bas-Saint-Laurent, à l’ouest du Bas-Saint-Laurent et un dans l’est, pour les quatre MRC dont la Matapédia, la Matanie, la Mitis et la Neigette. C’est l’orientation qui a été prise et c’est la demande qui a été faite au ministère de la Santé qui a été acceptée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique provinciale