•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Piste cyclable sur la rue Verdun : un bilan en demi-teinte

Photo prise sur la rue Verdun, à Montréal, Québec, Canada.

La piste cyclable à Verdun.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Vincent Rességuier

L’arrondissement de Verdun est satisfait de la première saison de son projet pilote, notamment parce que les cyclistes étaient au rendez-vous. Plusieurs commerçants constatent, eux, les dégâts anticipés au printemps avec une baisse importante de leur chiffre d’affaires.

Fière de porter le projet pilote de piste cyclable sur la rue Verdun, Marie-Andrée Mauger dresse un bilan positif des cinq premiers mois de tests. La conseillère d’arrondissement de Verdun estime que la plupart des objectifs ont été atteints, en premier lieu la fréquentation. 

Selon une étude commandée à une firme privée, 832 cyclistes en moyenne ont circulé chaque jour sur la bande réservée de 2,6 kilomètres. Au plus fort de la saison, en septembre, la moyenne a grimpé à plus de 1000 cyclistes par jour, avec des pics à plus de 1200 pour les journées les plus achalandées. 

Il y a eu une croissance continue jusqu’en octobre et on a vu que c’est une utilisation régulière de la piste cyclable.

Marie-Andrée Mauger, conseillère d'arrondissement dans Verdun
Fréquentation de la rue Verdun en 2019Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Fréquentation de la rue Verdun en 2019. Comptage: Eco-Compteur

Photo : Source: arrondissement Verdun

Autre objectif atteint, selon Marie-Andrée Mauger, l’augmentation du sentiment de sécurité à la fois pour les piétons, les cyclistes et les automobilistes. Elle soutient que la nouvelle signalisation rend l’utilisation de la rue « plus confortable pour tous les usagers ». 

Une tendance qui semble se concrétiser sur le plan comptable. Mme Mauger précise que, cette année, aucun accident grave impliquant un cycliste ne s’est produit dans ce secteur de la rue Verdun, contre deux, en moyenne, les années précédentes. 

Le stationnement, note discordante

L’arrondissement a également commandé une étude indépendante pour évaluer les impacts de la suppression de 275 places de stationnement sur un côté de la rue pendant le projet pilote. 

Le rapport révèle que le taux d’occupation entre 9 h et 18 h s’est situé en moyenne à 52 % sur la rue Verdun et sur les voies transversales entre les rues Bannantyne et Wellington. Après 18 h, le taux d’occupation moyen était de 68 %.

Les conclusions de l’étude, c’est qu’il n’y a pas un enjeu de stationnement comme tel, il reste de la place.

Marie-Andrée Mauger, conseillère d'arrondissement dans Verdun
Zone couverte par l'évaluation de la  fréquentation du stationnement dans le secteur de la rue VerdunAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Zone couverte par l'évaluation de la fréquentation du stationnement dans le secteur de la rue Verdun. Comptage: Intervia

Photo : Source: arrondissement Verdun

L'enthousiasme n’est cependant pas partagé par plusieurs commerçants. Ils accusent le manque de stationnements d’être responsable de l’érosion de leur clientèle.

Le propriétaire du Casse-croûte Normand, Martin Chartier, estime que son chiffre d’affaires a baissé de 20 % pendant l’été et qu'il est remonté une fois que la piste a été fermée en novembre.

Je retrouve mon commerce. On a des gros dîners qu’on n'avait plus avant, ça fait un gros changement. On ne nous croit pas tout le temps, mais on ne se plaint pas juste parce qu’on a perdu 100 piasses.

Martin Chartier, propriétaire du Casse-croûte Normand

Une situation qu’il avait anticipée, étant donné que son restaurant attire de nombreux automobilistes de l’extérieur du quartier et qui n’ont pas toujours le temps de chercher un stationnement, en particulier sur l’heure du midi.

M. Chartier et Mme Villemaire dans leur restaurant.

Martin Chartier, propriétaire, et Josée Villemaire, serveuse, ont soutenu la pétition pour forcer l'arrondissement de Verdun à revoir son projet pilote.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Martin Chartier est à l'origine de la fronde lancée au printemps dernier contre le projet pilote.

À ce moment-là, il ne s’attendait pas en revanche à perdre des employés. Trois l’ont quitté dans les dernières semaines.

Non seulement la baisse de clientèle a diminué leurs revenus, mais elle a aussi installé l’ennui une bonne partie de la journée.

Les gens qui travaillent dans les restaurants sont des gens nerveux. On travaille vite, on aime ça, ça prend un peu d'adrénaline. Quand il n’y en a pas, les gens se tournent les pouces, ils trouvent ça plate et puis ils quittent.

Martin Chartier, propriétaire du Casse-croûte Normand

Quelques rues plus loin, même frustration au gym Angry Monkey, dont le propriétaire, Justin Etheridge, ne décolère pas. Il n’est pas contre l’idée d’une piste cyclable, mais il constate que les conséquences sont « problématiques » pour plusieurs commerçants.

Il affirme avoir perdu plus de 40 clients au cours de l’été, notamment des enfants, parce que leurs parents ont des difficultés pour se stationner. Il note que l'impact est ressenti par les familles, les aînés et les personnes handicapées. 

Certains perdent de 2000 $ à 5000 $ par mois, ce qui est énorme pour eux, on parle de commerces indépendants, pas des gros commerces. Des coiffeurs ont perdu 15 % à 20 % de leur clientèle.

Justin Etheridge, propriétaire du gym Angry Monkey

Selon la conseillère Marie-Andrée Mauger, il est difficile de savoir si la piste cyclable est responsable de la baisse d’achalandage, notamment parce qu’il y avait deux chantiers importants dans le quartier durant l’été. Elle note aussi que de nombreux commerçants n’ont pas perdu de clientèle.

Radio-Canada a constaté que le problème est particulièrement criant pour les restaurateurs, dont une part de la clientèle rencontrée se plaint aussi du manque de stationnements.

Marie-Andrée Mauger promet d’aider les commerçants. « C’est déchirant d’entendre ça, on les aime, on veut les garder », conclut-elle, tout en évoquant la possibilité d’augmenter les zones de stationnement gratuit de courte durée pour les livraisons.

Photo prise sur la rue Verdun, à Montréal, Québec, Canada.

La piste cyclable à Verdun.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Surveillance policière

Marie-Andrée Mauger le reconnaît, la police a été particulièrement attentive sur la rue Verdun et il y a eu une « grande patrouille » pendant l’été. Les policiers du poste de quartier 16 ont délivré 883 constats d’infraction sur la rue entre le 1er juin et le 31 octobre.

De ce total, 372 constats visaient des véhicules en mouvement, dont 110 cyclistes qui, pour la plupart, ne respectaient pas la signalisation. Par ailleurs, 512 contraventions ont été distribuées pour des infractions en lien avec le stationnement, dont 333 à des véhicules immobilisés sur la piste cyclable.

Ces statistiques ne prennent pas en compte les contraventions distribuées par la firme privée qui a le mandat de couvrir les infractions de stationnement. Lors d’un reportage précédent, plusieurs citoyens s’étaient plaints de l’omniprésence des agents de G4S.

Les chauffeurs-livreurs se sentent particulièrement visés. Ils déplorent de ne plus être autorisés à se stationner à proximité des commerces desservis.

Selon les témoignages recueillis, les chauffeurs-livreurs bravent régulièrement l’interdiction d’arrêter leur véhicule sur la voie cyclable et sont sanctionnés.

Le soutien des cyclistes

Le projet pilote soulève aussi de la résistance chez plusieurs citoyens du quartier, mais d’autres le défendent corps et âme.

Camille Girard, de l’Association pour la mobilité active de Verdun, s'implique depuis le début de l’année pour encourager les élus de l’arrondissement à persévérer.

Avec son organisme, elle a lancé au cours de l’été une campagne pour promouvoir l’achat local.

Le 28 novembre 2019, elle est allée une nouvelle fois à la rencontre des élus lorsqu'il ont dressé le bilan du projet.

Elle affirme que les « résultats sont positifs » et montrent qu’il y a un besoin de voie cyclable sur la rue Verdun.

Elle espère « des améliorations l’année prochaine » afin d’augmenter l'acceptabilité sociale. Elle souhaite aussi que la piste cyclable devienne permanente en été comme en hiver et qu’elle soit protégée de la circulation automobile.

Le projet pilote comporte deux volets. Le premier s’est déroulé entre juin et novembre 2019. Le second est prévu à l’été 2020. Les élus décideront ensuite quel avenir donner à la piste cyclable qui, en attendant, a été fermée pour la saison hivernale.

projet pilote de piste cyclable sur la rue VerdunAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tracé du projet pilote de piste cyclable sur la rue Verdun à Montréal

Photo : Source: arrondissement Verdun

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Transport en commun