•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changements réclamés chez WorksafeBC suivant les explosions dans des scieries

Des flammes et de la fumée provenant d'un édifice en feu s'élancent vers le ciel la nuit.

Une explosion a secoué la scierie Lakeland Mills à Prince George le 24 avril 2012, tuant deux travailleurs et provoquant un incendie qui a détruit les installations.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Jonhson

La Presse canadienne

Un rapport examinant les réponses du gouvernement de la Colombie-Britannique et de WorkSafeBC après deux explosions mortelles dans des scieries du nord de la province recommande un processus d’enquête simplifié et de nouvelles façons pour les travailleurs de signaler les problèmes liés à la sécurité.

Deux personnes sont décédées et 19 autres ont été blessées dans une explosion survenue à Babine Forest Products à Burns Lake en janvier 2012. Trois mois plus tard, 2 personnes sont mortes et 44 autres ont été blessées dans une explosion similaire à Lakeland Mills à Prince George.

Une scierie complètement ravagée par un incendie.

L'explosion de l'usine Babine de Burns Lake, en Colombie-Britannique, le 20 janvier 2012, a tué deux employés et en a blessé 19 autres.

Photo : Radio-Canada

L’auteure du rapport, l’avocate vancouvéroise Lisa Helps, indique que toutes les recommandations formulées dans trois rapports découlant des incidents ont été complètement ou partiellement mises en œuvre et que les changements ont été largement efficaces et positifs. Elle préconise toutefois un regroupement des équipes d’enquêtes et d'enquêteurs en matière de conformité, en leur donnant le pouvoir de prendre des décisions indépendantes concernant le dépôt de chefs d’accusation.

Le changement rendrait les enquêtes plus rapides, plus complètes et plus susceptibles d'engager des poursuites, dit-elle dans le rapport.

Le Syndicat des métallurgistes accuse la Société de santé et de sécurité au travail de la Colombie-Britannique, WorkSafeBC, anciennement connue sous le nom de « Workers Compensation Board », d’avoir mal géré sa partie de l’enquête de manière à éviter que des accusations criminelles ne soient portées.

De nombreuses recommandations

Me Helps recommande par ailleurs de permettre la publication des déclarations des victimes. Les déclarations des victimes donnent la parole aux travailleurs concernés et leur publication permettra à tous les employeurs de mieux connaître les risques liés au non-respect de la sécurité sur le lieu de travail, indique le rapport.

De nouveaux pouvoirs de perquisition et de saisie garantiraient que les mandats obtenus par la justice préservent l'intégrité des pièces à conviction et des enquêtes, selon le rapport.

Elle recommande la création d'une base de données confidentielle dans laquelle les travailleurs pourraient signaler des infractions en matière de sécurité.

Le rapport suggère par ailleurs la désignation d'un ombudsman chez WorkSafeBC. Celui-ci pourrait aider les travailleurs à comprendre les procédures et servirait de passerelle vers WorkSafeBC pour leur permettre de participer régulièrement aux processus de sécurité, lit-on dans le rapport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Accidents et catastrophes