•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke souhaite se prémunir contre l'implantation d'antennes cellulaires

Une antenne de téléphonie cellulaire

Une antenne de téléphonie cellulaire.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Charles Beaudoin

Faute d'avoir un processus de consultation publique spécifique aux systèmes d’antennes de radiocommunications, la Ville de Sherbrooke pourrait se retrouver avec six nouvelles tours de télécommunication sur son territoire prochainement, dont une à un jet de pierre du parc Saint-Alphonse-de-Liguori, dans le Vieux-Nord de Sherbrooke.

Avant de commercialiser et mettre ce genre d'équipement là dans nos parcs, on devrait être consultés et j'aimerais entendre nos citoyens. Je pense que le message va être fort, a pesté le conseiller du secteur Marc Denault. Avant d'implanter quoi que ce soit sur le territoire de Sherbrooke, on doit se prononcer.

Selon la politique d'Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) qui s'applique lorsqu'une ville n'a pas de processus distinct de consultation publique, les entreprises de télécommunications ont seulement à avertir le public et à répondre à ses préoccupations pertinentes avant d'implanter une tour.

La Ville à l'heure actuelle a très peu d'emprise sur la décision, puisque c'est de juridiction fédérale. La seule chose que la Ville peut faire au moment où on se parle, c'est de s'assurer que la tour soit bien placée, bien cachée, qu'elle se fonde bien... mentionne le conseiller Paul Gingues, qui a assisté à une rencontre entre Roger's et une trentaine de citoyens du district de l'Université la semaine dernière à propos de l'implantation d'une antenne d'une hauteur d'environ 50 mètres près de la rue Felton.

Une carte vue à vol d'oiseau du quartier Vieux-Nord de la Ville de Sherbrooke.

La zone encerclée en rouge représente la zone de recherche de la compagnie Rogers pour l'implantation d'une tour de télécommunications dans le Vieux-Nord de Sherbrooke.

Photo :  Capture d’écran / Documents municipaux

Un projet a déjà été approuvé dans le secteur du parc Antonio-Barrette, dans le parc industriel, ainsi que dans l'ensemble résidentiel situé à proximité de l'école des Aventuriers, dans le secteur de Saint-Élie.

Une carte vue à vol d'oiseau du quartier Vieux-Nord de la Ville de Sherbrooke.

La zone encerclée en rouge représente la zone de recherche de la compagnie Rogers pour l'implantation d'une tour de télécommunications dans le Vieux-Nord de Sherbrooke.

Photo :  Capture d’écran / Documents municipaux

La Ville a donc adopté une résolution lundi soir afin d'obliger les politiques d'implantation des tours de télécommunication à respecter les pouvoirs des municipalités en matière d'aménagement du territoire. La résolution sera acheminée aux élus provinciaux et fédéraux, à la Fédération canadienne des municipalités ainsi qu'à la Fédération québécoise des municipalités.

Le maire Steve Lussier fera part de la résolution à l'Union des municipalités du Québec jeudi et vendredi.

Moi, j'ai un souci de voir ces tours pousser un peu partout, éventuellement plus d'une centaine sur le territoire. Je me pose de sérieuses questions qu'on ne soit pas consulté. On n'a rien contre les nouvelles technologies, mais de voir des tours pousser un peu partout dans le paysage urbain... on a une belle place à Sherbrooke où il fait bon vivre et on veut que ça continue, souligne M. Lussier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Urbanisme