•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel examen bilingue d’entrée à la pratique d’infirmière est prêt

Quatre infirmières dans un corridor d'hôpital.

L’Examen canadien du baccalauréat en sciences infirmières (ECBSI) pourrait être la réponse aux doléances faites par les étudiants francophones en sciences infirmières.

Photo : iStock / Photographerlondon

Radio-Canada

Un nouvel examen bilingue pour la certification des infirmières vient d’être créé par l’Association canadienne des écoles de sciences infirmières. Les organismes francophones espèrent qu’il sera choisi pour remplacer l’examen actuel, critiqué pour handicaper les candidats francophones.

L’Examen canadien du baccalauréat en sciences infirmières (ECBSI) pourrait être la réponse aux doléances faites par les étudiants francophones en sciences infirmières depuis plusieurs années.

À l’opposé de l’examen actuel, le nouvel examen est entièrement bilingue.

Cela sera un examen qui serait mieux, car c’est un examen canadien, fait à partir des normes et des pratiques canadiennes et fait à partir de la formation des infirmières canadiennes, souligne Suzie Durocher-Hendriks, professeur à l’Université de Moncton qui a participé à sa création.

Développée par l’Association canadienne des écoles de sciences infirmières, cette épreuve nationale de certification a été rédigée par des professionnels francophones et anglophones du secteur infirmier.

Au moins 25 % des questions contenues dans la banque de données de ce test ont été rédigées en français par des francophones.

L’adoption de ce nouveau concours d’entrée va dépendre de son approbation par l’Association des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick (AIINB).

Nous avons essayé à multiples reprises de continuer les pourparlers pour convaincre l’AIINB de ne pas renouveler le NCLEX-RN, indique Suzie Durocher-Hendriks.

L'AIINB a un contrat avec l’entreprise américaine qui rédige le NCLEX-RN depuis 2015. Ce contrat prendra fin le 31 décembre 2019.

Si elle le souhaite, l’Association des infirmières du Nouveau-Brunswick pourrait donc changer d'examen dès l’année prochaine.

Critique du NCLEX-RN

Choisi comme examen d'entrée à la pratique d'infirmière en 2012, le NCLEX-RN est entré en vigueur en 2015.

Depuis, plusieurs étudiants francophones se sont plaints de la mauvaise qualité de traduction des tests et des documents pour les préparer.

L’AIINB avait répondu qu’elle trouvait que son examen était bien traduit, mais qu’il fallait remettre en question les critères d’admission de l’Université de Moncton, ainsi que les compétences linguistiques des étudiantes.

En mai 2018, le Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick avait statué en faveur des étudiants.

Selon lui, il existe bien un écart considérable entre le français et l’anglais vis-à-vis des ressources de préparation à l’examen. Il avait même ajouté que, de ce fait, l’AIINB enfreint la Loi sur les langues officielles.

C’est dommage qu’on soit dans cette situation actuelle qui favorise un groupe linguistique, contrairement à un autre. Un examen d’entrée à la pratique devrait être équitable pour tous.

Suzie Durocher-Hendriks, professeur à l’Université de Moncton

La Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick et la Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton ont fait savoir qu’ils soutiennent la mise en place du nouvel examen. Ils ont aussi annoncé qu’ils allaient modifier leur poursuite contre l’AIINB et demander l’imposition de ce nouvel examen canadien.

Ce nouvel examen d’entrée à la pratique d’infirmière pourrait être utilisé dès janvier 2020.

Des rencontres entre les différentes parties doivent avoir lieu cette semaine.

L’AIINB a dit qu’elle allait faire son choix et donner sa réponse dans les prochains jours.

Avec les informations de Margaud Castadère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Éducation