•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Audiences du BAPE : Thetford Mines réclame le « gros bon sens »

La halde de la mine de Thetford Mines.

À Asbestos et à Thetford Mines, plus de 850 millions de tonnes de résidus d'amiante se sont accumulés au fil de l’exploitation du minerai.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

À quelques jours du début des travaux du BAPE sur l'amiante et ses résidus, la région de Thetford Mines fait le point sur ses attentes.

Des élus municipaux, provinciaux et fédéraux ont tenu à préciser aujourd’hui, devant une salle bondée, qu’ils espèrent que les commissaires feront preuve d’objectivité.

Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines et président de la Société de développement économique de la région de Thetford, rappelle que la situation actuelle de la région n’est plus celle qui prévalait à l’époque où les mines étaient en activité.

On ne parle pas de mineurs, on ne parle pas de travailleurs dans les chantiers navals. Ce dont on parle, c’est nos cols bleus, il n’y a jamais eu aucun cas de maladie professionnelle chez nos cols bleus en 125 ans. C’est d’avoir une économie circulaire par rapport à ces résidus miniers.

Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines et président de la Société de développement économique de la région de Thetford

Les représentants régionaux espèrent que les règles de traitement des résidus miniers soient assouplies pour que la Municipalité puisse procéder à la valorisation des résidus et à la restauration des propriétés minières de façon viable pour [la] région. 

Luc Berthold, ancien maire de Thetford Mines, aujourd’hui député conservateur de Mégantic-L’Érable, a souligné les efforts faits par la Municipalité au cours des dernières années pour diversifier son économie. Il réclame maintenant davantage de soutien gouvernemental pour assumer les coûts de l’après-bannissement de l’amiante. 

Le député a aussi souligné les bénéfices pour toutes les parties de pouvoir se faire entendre dans le dossier des résidus d’amiante lors de ces audiences. 

Les audiences publiques s'ouvrent à Asbestos ce mercredi, puis le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) se déplacera à Thetford Mines la semaine prochaine. 

Le BAPE a notamment pour mandat d'établir un portrait de la situation sur la présence d'amiante au Québec, son utilisation actuelle, les formes de valorisation et d’élimination. Il doit aussi analyser la pertinence de « développer un cadre de valorisation des résidus d'amiante » et de faire le point sur les connaissances scientifiques en lien avec les répercussions de l’amiante et de ses résidus en particulier sur la santé. 

La santé publique de l'Estrie a déjà pris position sur le sujet en disant qu'elle souhaitait que l'utilisation des résidus soit encadrée. 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété qu'il s'agissait d'un produit cancérigène, et plus d’une cinquantaine de pays l’ont banni.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Matières résiduelles