•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les itinérants de retour à l'Hôpital Royal Victoria, un étage est réservé aux femmes

Deux chambres contiguës avec leurs lits.

La plupart des chambres de l'unité de débordement pour itinérants de l'Hôpital Royal Victoria contiennent trois lits.

Photo : Radio-Canada

Le froid de plus en plus insistant pousse actuellement les itinérants montréalais à se trouver un abri pour la nuit. Pour les accueillir, l’unité de débordement de l’Hôpital Royal Victoria ouvre de nouveau ses portes cette année et offre quelques améliorations, dont plus de lits et un étage exclusivement réservé aux femmes.

Cette unité de débordement avait ouvert ses portes en janvier dernier dans l’ancien Hôpital Royal Victoria, au centre-ville de la métropole, pour recueillir les sans-abri refusés par manque de places par les autres gîtes d’urgence montréalais.

Avec son taux d’occupation de 80 % l’an dernier, la ressource a été jugée essentielle. Elle sera donc encore accessible cette année pour un plus grand nombre de personnes, puisque de 80, le nombre de lits passe à 150.

En réponse aux demandes de plusieurs femmes qui réclamaient un environnement plus sécuritaire, un étage complet de 50 lits leur sera réservé. Certains lits pourraient cependant être déplacés à l’étage des hommes au cours de l’hiver si les femmes n'étaient pas au rendez-vous. L’an dernier, le refuge accueillait 10 fois plus d'hommes que de femmes, soit de 6 à 7 femmes par nuit contre 60 à 70 hommes.

Les femmes risquent cependant d’être plus nombreuses cette année, puisque les besoins de logement chez les femmes itinérantes sont bien réels, selon Linda Beauparlant, directrice principale des opérations au Chaînon.

Les femmes ne se présentent pas quand c’est mixte. Mais au Chaînon, tous les jours on refuse de 12 à 15 personnes présentement. Je présume que c’est la même chose dans les autres ressources pour femmes, dit-elle.

La sécurité des femmes sera améliorée grâce à l'ajout cette année d'une navette pour les transporter. Les femmes pourront arriver plus tôt que les hommes – à 21 h plutôt que 22 h. La navette sera ensuite utilisée pour assurer le transport des hommes à partir de l’est de la ville.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux divan, deux étagères, deux petites tables et des décorations de Noël

L'ancien hôpital Royal-Victoria accueillera des itinérants

Photo : Radio-Canada

Le matin, les itinérants pourront bénéficier d’un café et d’une collation avant d’être transportés en navette à un endroit où ils pourront recevoir un déjeuner gratuit.

Comme l’an dernier, les animaux seront acceptés, mais ils devront dormir dans des cages.

Des chambres privées seront aussi disponibles pour les couples et les personnes trans.

Par ailleurs, on a jugé bon d’ajouter trois intervenants sociaux par nuit pour interagir avec les usagers. Ils seront maintenant quatre au total.

Tous ces changements sont instaurés dans l’idée que l’unité de débordement ne sera plus nécessaire d’ici quelques années, notamment parce qu'on espère que de plus en plus de personnes pourront être dirigées vers des logements permanents.

On trouve de plus en plus de personnes qui sont en situation d’itinérance, mais on ne veut pas [avoir besoin] d’unités de débordement dans cinq ans. La vision, ce serait qu’il y ait beaucoup moins d’itinérance chronique, souligne Sam Watts, le PDG de la Mission Bon Accueil.

Avec des informations de Julie Marceau et Matt D'Amours

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !