•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des initiatives pour rendre les routes plus sécuritaires cet hiver

Une route enneigée avec de la poudrerie.

Chaque année, la poudrerie rend la conduite périlleuse à plusieurs endroits dans la région.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Radio-Canada

Chaque année, la poudrerie rend la conduite périlleuse à plusieurs endroits dans la région, notamment dans le triangle Hébertville-Alma-Saint-Bruno. Le ministère des Transports veut lutter contre la poudrerie avec des moyens novateurs.

Des clôtures nouveau genre, des tranchées de neige et des plantes seront testées cet hiver dans des secteurs où les fermetures de route sont fréquentes.

À Hébertville, trois agriculteurs ont accepté de laisser une bande de maïs de 10 mètres le long de la route 169 afin de voir si cela peut limiter la poudrerie.

Une bande de maïs en bordure de la route.

Une bande de maïs protège une section de la route 169 à Hébertville.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Toute ma famille demeure à Hébertville et on est toujours mal pris. On a une douzaine d'employés et quand les routes ferment, on est vraiment mal pris. Je me disais donc que c'était un devoir d'y participer si ça peut aider la région. On verra les résultats, explique l’agriculteur et ex-maire d'Hébertville, Léonard Côté, qui participe à l’expérience.

Les agriculteurs qui prêtent leur terre pour ces expériences sont indemnisés par le ministère des Transports.

Des résultats déjà visibles

Près de Normandin, des saules à croissance rapide ont été plantés. Ailleurs, ce sont des tranchées de neiges qui seront creusées.

Près de la piste de la base militaire de Bagotville, le long de la route 170, des bandes de plastique ont été ajoutées aux clôtures de broche déjà en place. Une méthode qui donne déjà des résultats, selon la porte-parole du ministère des Transports, Véronick Lalancette.

Dans les années précédentes, le Ministère avait l'habitude de fermer cette route de deux à trois fois par année en raison du manque de visibilité et je peux vous dire que déjà, en raison des observations qu'on a faites, on s'attend à ne plus la fermer, explique-t-elle.

L'analyse des différents projets se fera le printemps prochain. C'est pour ça qu'on souhaite voir quelles sont les initiatives les plus intéressantes et si on peut les mettre en application, ajoute Véronick Lalancette.

D’après le reportage de Denis Lapierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Conditions météorologiques