•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque d’actions dans la protection de l’enfance au Nouveau-Brunswick

Un enfant assis contre un mur, l'air déprimé

Un an après la publication d’un rapport sur les enfants maltraités au Nouveau-Brunswick, les changements peinent à arriver

Photo : iStock

Radio-Canada

Près d'un an après la publication du rapport accablant sur les cinq enfants maltraités à Saint-Jean en 2016, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a seulement formé un groupe de travail.

En janvier 2019, soit près de trois ans après ce cas de maltraitance, le défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick Norman Bossé a présenté un rapport afin d’améliorer les services de protection de l’enfance dans la province.

Le ministère a mis en place un groupe de travail pour se pencher sur le rapport et sur les recommandations, mais concrètement, aucun changement n’a été apporté.

Les recommandations qu’on a faites, les quatre recommandations, je m’attendais que le ministère allait les accepter. Ils les ont acceptées. Donc, les mettre en oeuvre, je sais que ça prend du temps, donc un an, pour le public, cela semble une période assez longue, mais pour moi mon expérience de six ans, non. J’ai des mises à jour, je suis satisfait, explique Norman Bossé.

Portrait de Norman Bossé.

En janvier 2019, Norman Bossé, défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick, présenté un rapport afin d’améliorer les services de protection de l’enfance dans la province.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Dans son rapport, Norman Bossé avait cerné quatre recommandations :

  1. Mettre en place des services intégrés à la petite enfance.
  2. S'attaquer à la négligence chronique.
  3. Faire une évaluation de la charge de travail des travailleurs sociaux.
  4. Réviser de la Loi sur les services à la famille.

Dans les modifications apportées à la Loi sur les services à la famille, le rapport demandait, par exemple, à ce que les travailleurs sociaux puissent obtenir l'autorisation légale d'entrer dans un lieu pour retirer un enfant.

À l'époque, monsieur Bossé avait déclaré :Nous avons beaucoup entendu dire "nous ne pouvons entrer dans les foyers". En ce qui me concerne, la réponse est claire : ''Oui vous le pouvez, vous êtes un travailleur social''..

Le groupe du travail planche, en ce moment, sur les deux dernières recommandations du rapport Bossé.

Cas grave de négligence à Saint-Jean

En 2016, cinq enfants d’une même famille avaient été découverts laissés à eux-mêmes dans un logement insalubre à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Certains d’entre eux ne portaient pas de vêtements, ils étaient maigres et avaient divers problèmes de santé non soignés.

Ce cas avait choqué la population au Nouveau-Brunswick, qui ne comprenait pas comment cette négligence avait pu passer inaperçue, alors même que cette famille était suivie par des travailleurs sociaux.

Après cette affaire, un rapport sur les services de protection de l’enfance au Nouveau-Brunswick avait été demandé.

Une action trop lente

Bernard Richard, défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick entre 2006 et 2011, tient une position plus critique.

Portrait de Bernard Richard.

Malgré la création de ce groupe de travail, Bernard Richard estime que le temps d’action est trop long pour des dossiers aussi sensibles.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Il dit avoir lui aussi avoir rédigé un rapport sur l’amélioration des services de la protection de l’enfance en 2008, avec des recommandations similaires.

On voit que le ministère des gouvernements successifs, c'est le cas de dire, n'arrive pas à mettre en place les ressources et les changements nécessaires pour protéger les enfants de la province

Bernard Richard, ancien politique et avocat, spécialisé dans la protection de l’enfance

Malgré la création de ce groupe de travail et la mise en oeuvre progressive de ce rapport, celui-ci estime que le temps d’action est trop long pour des dossiers aussi sensibles, car si le dernier rapport date de janvier 2019, les problèmes au sein du ministère du Développement social sont quant à eux de longue date.

C'est décevant, surtout que cela ne fait pas un an que ce genre de recommandations ont été faites. Ça fait quand même 20 ans, 15 ans, 13 ans, 11 ans, depuis que des rapports successifs ont fait des recommandations semblables, dénonce-t.il.

Au cours des 12 derniers mois, le ministère du Développement social a embauché 33 nouveaux travailleurs sociaux pour améliorer ses services. En tout, c’est aujourd’hui 601 travailleurs sociaux qui sont présents pour aider les enfants et citoyens dans le besoin au Nouveau-Brunswick.

En plus du rapport de Norman Bossé, un autre rapport de George Savoury avait lui présenté 107 recommandations pour perfectionner la protection de l’enfance. Le nouveau groupe du travail du Développement social examine, en ce moment, l’ensemble de ces recommandations.

D'après un reportage de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Enfance