•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut s’enregistrer par reconnaissance faciale pour acheter un cellulaire en Chine

Une foule de personnes identifiées par reconnaissance faciale en Chine.

La Chine est l’un des pays où l’on surveille le plus les moindres faits et gestes des gens.

Photo : Reuters / China Daily CDIC

Radio-Canada

Depuis le 1er décembre, toute personne achetant une nouvelle carte SIM en Chine doit se soumettre à la reconnaissance faciale afin que ses données biométriques soient associées à son nouveau numéro de téléphone. 

La loi, qui permet selon le gouvernement chinois de protéger les droits et les intérêts des citoyens et citoyennes dans le cyberespace, soulève des préoccupations en matière de respect de la vie privée.

Elle vient s’ajouter à de nombreux autres règlements qui compromettent l’anonymat et la vie privée de la population chinoise lorsqu’il est question de télécommunications et du monde virtuel.

Le pays demande notamment aux gens de présenter une pièce d’identité lorsqu’ils achètent un nouveau téléphone depuis 2010 et exige que les personnes publiant des commentaires sur Internet s'identifient avec leur vrai nom.

Le contenu qui déplaît aux autorités chinoises est d’ailleurs régulièrement retiré du web.

Une population surveillée 

Rappelons que la Chine est l’un des pays où l’on surveille le plus les moindres faits et gestes des gens. En 2017, plus de 170 millions de caméras de surveillance ont été installées sur le territoire comptant 1,3 milliard de personnes et l’État prévoyait en installer 400 millions de plus avant la fin 2020. 

La reconnaissance faciale y est également omniprésente. Les supermarchés, les métros et les aéroports s’en servent notamment déjà à des fins d'authentification et de paiement. 

C’est une situation qui sème l’inquiétude chez certaines parties de la population. En novembre, un professeur a poursuivi une réserve d’animaux obligeant les visiteurs et visiteuses de se soumettre à la reconnaissance faciale pour y accéder.

Le gouvernement envisage d’ailleurs de mettre en place d’ici 2020 un système de crédit social qui pisterait la réputation des gens, qui se verraient attribuer une note selon des facteurs comme la moralité et le civisme. 

Avec les informations de BBC, et The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Intelligence artificielle

Techno