•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d’un résident : l’agent de sécurité n’est pas à blâmer, selon les Commissionnaires

Un édifice avec l'inscription « Centre d'hébergement Roland-Leclerc » affichée sur un mur extérieur. En hiver. Des automobiles sont stationnées devant.

Guy Bastien est mort après un incident survenu au Centre d'hébergement Roland-Leclerc, à Trois-Rivières. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Commissionnaires du Québec sont sortis sur la place publique lundi pour défendre l’agent de sécurité visé par les allégations de la famille Bastien.

Guy Bastien est mort dimanche, à l’hôpital, après un incident survenu vendredi au CHSLD de Trois-Rivières où il habitait. Il avait une fracture du crâne et a souffert d’une hémorragie cérébrale, selon ses proches.

Sa famille soutient qu’un agent de sécurité a bousculé l’octogénaire au Centre d’hébergement Roland-Leclerc.

Pour nous, il est clair que ce n’est pas le cas, a déclaré l’avocat des Commissionnaires, Marc-Antoine Cloutier.

Enquête sur la mort d’un patient au CHSLD

Il affirme que l’agent, qui travaille pour l'entreprise privée Commissionnaires, a redirigé M. Bastien vers sa chambre et qu’il y a eu chute.

Par la suite, les personnes qui devaient prendre le résident en charge l’auraient fait, affirme l’avocat.

Notre travailleur n’est pas un membre du personnel médical, rappelle Me Cloutier.

L’agent faisait son travail. [Guy Bastien était] à un endroit où il ne doit pas être.

Marc-Antoine Cloutier, avocat des Commissionnaires du Québec
L'homme en entrevue sur le plateau de RDI.

L'avocat des Commissionnaires du Québec, Marc-Antoine Cloutier, en entrevue à RDI lundi

Photo : Radio-Canada

L'agent a porté plainte

L’avocat des Commissionnaires a aussi expliqué que l’agent a porté plainte à la police après avoir eu une altercation avec Marc Bastien, le fils du résident.

L’agent de sécurité est en arrêt de travail, il souffre d’ecchymoses, dit-il.

Marc Bastien a confirmé avoir été arrêté par la police de Trois-Rivières et relâché sous promesse de comparaître le 8 janvier. À ce jour, aucune accusation n'a été déposée contre lui.

L’avocat a tenu à dire que les Commissionnaires offrent leurs condoléances à la famille Bastien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Alzheimer