•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Association algérienne de Toronto se dit multiculturelle

Une femme pose pour la photo.

Souhila Benabadji, présidente de l'association algérienne de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Francesca Mérentié

Francesca Mérentié

Pas besoin d’être d’origine algérienne pour être membre de l’Association algérienne du Grand Toronto (AAGT). Cette ouverture est une façon pour l’association de promouvoir la culture algérienne et les échanges interculturels, selon la présidente de l’Association, Souhila Benabadji.

Actuellement, on est à 170 membres et ils ne sont pas seulement algériens [ ... ] : les gens peuvent, peu importe leur origine, faire partie de l’association. Ce changement va apporter de nouvelles idées à l’Association, dit-elle.

Nicoleta Negru, d’origine roumaine, a été invitée par un membre de la communauté au premier événement de l’Association. Depuis, elle continue à participer à ces activités.

Une femme pose pour la photo.

Nicoleta Negru, d'origine roumaine, est membre de l'Association algérienne de Toronto.

Photo : Nicoleta Negru

Elle n’hésite pas à se tourner vers les autres membres pour chercher des conseils ou demander de l’aide. Elle a commencé à lire des romans écrits par des Algériens et à regarder des films et des documentaires sur l’Algérie.

Je suis chrétienne orthodoxe et eux sont musulmans [ ... ]. Même si on a des religions différentes, [ ... ] pour moi, ce n’est pas une barrière, le fait qu’on ait grandi dans des pays différents.

Nicoleta Negru, membre de l’AAGT

Mohamed Al Hadary, d’origine égyptienne, est aussi membre de l’Association algérienne parce qu’elle partage ses valeurs telles que la générosité et le courage, qui lui rappellent son continent natal.

Portrait d'un homme.

Mohamed Al Hadary, d'origine égyptienne, est membre de l'Association algérienne de Toronto.

Photo : Mohamed Al Hadary

Nous sommes d’Afrique. Nous sommes Arabes. Je pense qu’au Canada on doit [ ... ] augmenter notre connaissance l’un de l’autre.

Mohamed Al Hadary, membre de l’AAGT

M. Al Hadary pense qu’il faut profiter du multiculturalisme au Canada en permettant une bonne occasion de collaboration entre les deux peuples égyptiens et algériens, comme le fait l’AAGT.

On doit apprécier et respecter les différences. Nous devons aider nos enfants aussi à partager la culture des autres, dit-il.

M. Al Hadary est d’ailleurs aussi membre de l’Association chinoise de Mississauga.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Engagement communautaire