•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'autobus, une microsociété avec sa propre étiquette

Plan moyen d'Amy Hanser adossée à un poteau avec en arrière-plan des passagers qui montent dans un autobus.

La professeure de l'UBC Amy Hanser cherche à comprendre comment les gens qui ne se connaissent pas interagissent entre eux dans les transports en commun.

Photo : UBC

Radio-Canada

Prendre l’autobus comporte sa propre étiquette, selon une professeure de sociologie de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), qui lance un projet de recherche afin d'analyser et codifier les règles non écrites qui dictent le comportement des utilisateurs du transport en commun.

Amy Hanser a toujours été fascinée par l'interaction d'étrangers entassés dans l’espace restreint d’un autobus. « Quand on marche dans la rue et qu'on croise quelqu'un qui nous met mal à l'aise, on peut changer de trottoir rapidement », rappelle-t-elle. Mais, dans l'autobus, on n'a souvent aucun contrôle sur les personnes assises à côté de nous.

Cela nous oblige à négocier l'espace les uns avec les autres, et lorsque le bus est encombré, on est vraiment obligé de rester soi-même tout en étant attentif aux autres. C'est une tension vraiment intéressante, estime-t-elle.

Des gens debout dans un autobus.

L'autobus est une microsociété dans un espace restreint, explique Amy Hanser.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

« Inattention civile »

Dans l'autobus, on est confrontés au problème de la proximité avec les gens et on ne devrait pas les regarder. On doit donc trouver toutes sortes de moyens pour ne pas être intrusifs tout en reconnaissant leur présence, fait remarquer Mme Hanser.

C'est ce qu'elle appelle l'inattention civile .

Ses recherches consisteront en partie à déterminer si différents facteurs ont de l'influence sur ces règles non écrites. Elle observe notamment que le bus « Rudolph », de TransLink, décoré pour ressembler à un renne avec un gros nez rouge, a pour effet de détendre les passagers.

L’humour qu’il génère crée une atmosphère complètement différente dans le bus. Il libère les gens des règles ordinaires. Dans ce bus, les gens rient et se parlent tout le temps.

Avec les informations de Laura Sciarpelletti

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Recherche