•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kapuskasing lance son 31e Festival des lumières

Des enfants s'amusent au Festival des lumières de Kapuskasing.

Le Festival des lumières de Kapuskasing fête sa 31e édition cette année.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Radio-Canada

Quelque 200 résidents de Kapuskasing ont convergé vers le parc Riverside, dimanche, à l’occasion du lancement du Festival des lumières annuel.

Environ 500 000 lumières sont en place cette année, souligne Dave Plourde, le maire de Kapuskasing.

Ça nous met dans l’esprit de Noël dès décembre, explique le maire. Pour les marchands et le reste du monde en ville, ça donne un espoir qui n’est pas vu ailleurs.

Une édition raccourcie

Dave Plourde explique avoir décidé d’écourter la durée du festival cette année afin d’économiser de l’énergie.

Ça nous coûte environ 10 000 $ par mois.

Dave Plourde, maire de Kapuskasing

Avant, on allait du mois de novembre jusqu’au mois de mars, explique le maire de Kapuskasing. Avec le montant d’énergie que ça consomme, c’est certain qu’il faut réduire. On va s’arrêter en janvier.

Un homme en manteau devant un signe pour le Festival des lumières de Kapuskasing.

David Plourde, le maire de Kapuskasing, estime qu'il était temps d'écourter le festival.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Un festival, trois générations

D'après la résidente de Kapuskasing Simonne Pouliot, le Festival des lumières est une affaire de famille. En 31 ans, elle n’a manqué aucune édition du festival.

Elle se souvient avoir fréquenté le festival avec sa fille Angèle lorsque cette dernière n’était encore qu’une enfant.

C’est comme ça qu’on commence Noël chaque année, dans le parc. Après ça, on décore nos maisons!

Simonne Pouliot, résidente de Kapuskasing
Une famille prend la pose devant un igloo au festival des lumières.

Simonne Pouliot prend la pose avec sa fille Angèle et ses petits-enfants lors du Festival des lumières de Kapuskasing.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

J’aime partager les mêmes souvenirs que j’ai eus pendant que j’étais petite, raconte à son tour Angèle Pouliot. Je me souviens de l’anticipation pour le défilé, je me souviens de la beauté des lumières. Quand tu es tout petit, c’est gros, c’est beaucoup.

Aujourd’hui, les deux enfants d’Angèle ont aussi pris goût aux festivités.

[Les petits] ont autant de plaisir qu’Angèle avait. C’est vraiment spécial pour nous, depuis trois générations, affirme Simonne Pouliot.

Avec des informations de Jimmy Chabot

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Société