•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un plus grand nombre de salariés ont fait appel aux banques alimentaires en Ontario

Des gens qui trient de la nourriture dans des sacs.

Selon Feed Ontario, le nombre de personnes ayant un revenu d'emploi qui ont accès aux banques alimentaires a augmenté de 27 % depuis trois ans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’organisme Feed Ontario, dans son rapport annuel sur la faim, note une augmentation du nombre de personnes qui ont besoin des services des banques alimentaires en Ontario.

Feed Ontario, qui a compilé les statistiques et analysé les tendances d'utilisation des banques alimentaires dans la province, a révélé que 510 438 personnes ont visité des banques alimentaires dans la province. Cela représente une augmentation de 8 848 personnes, pour un total de plus de 3 059 000 visites au cours de la dernière année.

Le rapport indique qu'un plus grand nombre de personnes visitent les banques alimentaires à travers la province plus fréquemment. Notamment, le nombre de personnes ayant un emploi à temps plein ou à temps partiel qui ont utilisé les banques alimentaires a augmenté de 27 % en trois ans, ce que l'organisme qualifie de préoccupant.

Selon Feed Ontario, cela peut sembler contre-intuitif, étant donné que le taux de chômage en Ontario est à son plus bas niveau en dix ans, mais les emplois précaires et temporaires ainsi que les faibles salaires font que les familles éprouvent des difficultés.

Parfois, les gens ont une fausse impression ou une très mauvaise compréhension de qui a accès à nos services... Les gens viennent de tous les milieux lorsqu'il s'agit d'accéder à une banque alimentaire.

Carolyn Stewart, directrice générale de Feed Ontario

La directrice générale de l'organisme, Carolyn Stewart, parle d'un phénomène sans précédent.

Plus de postes temporaires, des salaires plus bas

Dans son rapport, Feed Ontario indique que près de la moitié de tous les travailleurs au salaire minimum, qui représentent 15 % de la population active de l'Ontario, sont âgés de plus de 25 ans.

Le tiers d'entre eux possède un diplôme d'études postsecondaires et la moitié travaillent à temps plein.

Entre-temps, le nombre de postes temporaires, comme les postes occasionnels, saisonniers et contractuels, a augmenté de 31 % depuis 1998.

Ces postes, selon Feed Ontario, sont moins bien rémunérés : il est donc plus difficile pour ces personnes de faire des économies en vue d'acheter une maison ou de subvenir aux besoins de leur famille.

Toutes ces choses commencent vraiment à avoir un impact sur les travailleurs et leur capacité à joindre les deux bouts, a déclaré Mme Stewart.

L’organisme note que plus de 87 % des personnes qui ont accès aux programmes de lutte contre la faim vivent dans des logements locatifs ou sociaux, des logements qui représentent souvent 70 % de leur revenu disponible.

Les deux groupes les plus importants qui ont recours aux banques alimentaires sont les ménages d'une seule personne et les enfants, ces groupes représentant environ 33 % des usagers.

Selon Carolyn Stewart, la forte proportion d’enfants signifie que plusieurs familles n’arrivent pas à joindre les deux bouts.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Emploi